Renoncer à tout ce que l’on a de cher

Mercredi, 4 novembre 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Luc 14, 25-33

En ce temps-là, de grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple.

Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne commence par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car, si jamais il pose les fondations et n’est pas capable d’achever, tous ceux qui le verront vont se moquer de lui : “Voilà un homme qui a commencé à bâtir et n’a pas été capable d’achever !” Et quel est le roi qui, partant en guerre contre un autre roi, ne commence par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander les conditions de paix. Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »

Prière

Seigneur, ne me permets pas de comprendre comme un devoir un détachement familial qui laisserait sans affection et sans secours ma famille et ceux qui ont besoin de soutien et d’estime. S’il te plaît, accorde-moi d’être persévérant et prudent pour comprendre convenablement, accepter et accomplir tes désirs de chaque instant.

Demande

Seigneur, que je sache en toute occasion faire la vérité face à ce que je dois accomplir : que ce que je dois faire ne soit pas une entrave pour suivre ce que me demande ta volonté.

Réflexion
  1. « De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit (…) »
    Il est évident que ces paroles ne s’adressent pas à quelques-uns mais à tous ceux qui veulent être fidèles à tes désirs. Pour te suivre, le seul amour envers notre Créateur et Père ne semble pas suffire ; il faut faire preuve de prudence et de persévérance. Il est bien et normal de respecter ses parents et ses amis, sa famille et ses relations amicales mais ces devoirs ne doivent pas m’empêcher de respecter et de suivre tes préceptes vitaux : le lien du baptême qui m’unit à toi est plus fort que tous les autres liens en « tenant ferme la Parole de vie » (Ph 2, 16). Je dois porter ma croix mais je dois faire preuve de discernement.
     
  2. « Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour (…) »
    Il ne suffit pas de creuser et de bâtir les fondations, il faut aussi avoir la prudence de mesurer quels sont les moyens et quels sont les besoins à ma disposition pour accomplir cette construction jusqu’au bout.
    Autre exemple de prudence que le Seigneur évoque : celui du roi qui va combattre un ennemi menaçant. Ce roi va devoir faire le bilan des forces dont il dispose et faire une comparaison avec ce qu’il sait de son adversaire.
    Dans un cas comme dans l’autre, il faut être prudent et savoir de quelle force l’on dispose. Mais cette force, quelle est-elle ? Force armée, force de prévision… Et si le Seigneur faisait appel à la force qui viendra de lui ? Il faut aussi savoir renoncer à nos talents, à nos capacités, à nos espoirs s’ils ne sont pas dictés par le Seigneur lui-même.
     
  3. « Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »
    Cette dernière affirmation doit mettre un terme à nos hésitations. Jésus nous explique les choix qu’il faut assumer pour le suivre sur son chemin. C’est finalement très simple. Il faut évidemment faire les comptes mais il ne faut pas se tromper de comptes. Marcher à la suite du Christ nécessite aussi de prévoir et d’être disponibles. Il est nécessaire de quitter tout désir de réussite matérielle personnelle : marcher à la suite du Christ, c’est se mettre au service du Royaume mais pas n’importe comment : nous avons la force et le dynamisme de l’Esprit Saint avec nous. Il faut seulement le recevoir et lui être fidèle. C’est ce « seulement » qui n’est pas facile tous les jours et toutes les fois, à chaque instant.
Dialogue avec le Christ

Comment résister à ces tentations de puissance et prendre un chemin de traverse ? Seigneur ici, j’avance au milieu des risques personnels mais surtout des risques de manque de fidélité à tes désirs. Seigneur garde-moi dans ta main, garde-moi de suivre l’ennemi. Accorde-moi la grâce d’avancer et de combattre avec toi et uniquement pour toi. Mais, Seigneur, tu connais ma faiblesse et ma peur et je sais ta miséricorde !

Résolution

Je vais chercher à me défaire de mes fausses illusions, de mes hésitations pour avancer vers le but que le Seigneur a pensé pour moi dans son Église, depuis toujours.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés