Pureté de cœur et d’intention

Mardi, 13 octobre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 11, 37-41

Pendant que Jésus parlait, un pharisien l’invita pour le repas de midi. Jésus entra chez lui et prit place. Le pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas fait d’abord les ablutions précédant le repas. Le Seigneur lui dit : « Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous.

Prière

Ici, Seigneur, tu m’invites à regarder mon comportement au cours des situations quotidiennes d’une existence ordinaire. Tu prends l’exemple d’un pharisien observateur méticuleux de la Loi. Lui, il connaît « par cœur » ce qu’il faut faire dans telle ou telle situation mais il oublie qu’à tes yeux, l’important c’est la disposition du cœur de celui qui agit.

Demande

Seigneur, donne-moi la force d’agir selon ce qui te plaît : tu nous as dit que nous serions jugés selon la mesure dont nous nous serions servis vis-à-vis de ceux qui vivent avec nous. Seigneur, accorde-moi d’agir et de penser toujours avec pureté de cœur et d’intention.

Réflexion
  1. « Nettoyer l’extérieur de la coupe. »
    Seigneur, tu veux que je cherche à repérer les occasions où j’émets un jugement « instinctif » sans avoir pris le temps de réfléchir à mon jugement. Et pourtant, Seigneur, tu m’as souvent donné l’occasion de voir que le comportement de ceux qui sont et vivent avec moi traduisent les différentes sources de cultures, de civilisation ou de maturité de ces personnes. Seigneur, tu sais bien qu’il m’arrive très souvent de porter un jugement définitif sur une personne parce que, comme le pharisien, je ne regarde que l’extérieur de la coupe.
     
  2. « Votre intérieur est plein de rapine et de méchanceté. »
    Tu m’appelles à faire un examen de conscience. C’est vrai que mes gestes quotidiens traduisent souvent un automatisme irréfléchi sous couvert de l’habitude acquise. Et, si je regarde un peu plus au fond, je dois bien avouer que le motif de mes actions et de mes pensées n’est pas toujours dénué d’une idée de supériorité, d’un désir de paraître, d’un comportement superficiel qui ne va pas très profond : un comportement qui traduit de la tiédeur ou de l’indifférence. Et même, il est des occasions où, face à une indifférence apparente de la part des autres, me sentant seule au milieu de situations difficiles, je perds confiance et je me sens la victime…. alors je me mets à accuser tout le monde allant même jusqu’à me demander ce que je t’ai fait à toi !
     
  3. « Celui qui a fait l’extérieur de la coupe n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? »
    Merci, Seigneur, parce que ce passage d’Évangile me rappelle que tout ce qui brille à nos yeux n’est pas toujours ce qui est réellement bien ou bon. À côté de ce que l’on voit il y a aussi et surtout ce que toi seul connaît : tel ou tel sur lequel porte mon jugement n’est-il pas, lui aussi, l’objet de ton amour ? Tu l’aimes autant que tu m’aimes. Si son comportement ne te plaît pas, tu es seul à le savoir. Tu sais ce que tu lui demandes et comment il te répond. Et si je compte sur ta miséricorde envers moi, je dois bien savoir que lui aussi a droit à cette même miséricorde.
Dialogue avec le Christ

Seigneur, pardonne-moi mon individualisme et mon jugement sur le comportement extérieur de ceux que je rencontre. Dans ta bonté et ta miséricorde pardonne-moi de ne pas faire la différence entre pureté extérieure « et légale » et pureté du cœur dont toi seul es juge.

Résolution

Aujourd’hui j’offrirai les petites humiliations en réparation pour mes jugements sans miséricorde.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés