Méditation du jour

Que ton « oui » soit « oui »

Samedi 16 juin 2018
Saint Jean François Régis

Évangile selon saint Matthieu 5, 33-37

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Seigneur, viens dans mon cœur, pour que j’apprenne à mieux te connaître et à mieux me connaître. C’est en t’accueillant dans mon cœur que je pourrai, avec toi, découvrir qui je suis vraiment.

Demande

Un cœur où habite la vérité.

Réflexion

1. Ce passage du sermon sur la montagne prend appui sur un commandement, que l’on trouve plusieurs fois dans l’Ancien Testament, sur le respect des serments, spécialement ceux qui sont faits « envers le Seigneur ». Mais le passage se termine sur une recommandation plus large : « Que votre parole soit oui” si c’est oui”, non” si c’est non” ». Comme dans tout ce chapitre de l’Évangile de Matthieu, Jésus part d’une prescription relativement particulière pour en tirer un enseignement qui concerne la personne humaine dans sa totalité. Il s’agit de passer d’un commandement particulier à une attitude du cœur.

2. Ainsi, il ne suffit pas, nous dit Jésus, de respecter sa parole lorsque celle-ci est liée à un serment. De même, Jésus condamnait non seulement l’adultère, mais même un regard habité d’un désir impur sur une autre personne. Par conséquent, c’est dans tout ce que l’on dit, et même dans tout ce que l’on pense, qu’il faut essayer de respecter la vérité.

3. Jésus passe donc du respect dû à Dieu (ne pas se servir du nom de Dieu comme d’une chose que l’on prendrait comme une espèce de garantie) à un respect quotidien de la vérité envers les autres et envers nous-mêmes. Jésus est très réaliste : il sait bien que si l’on n’est pas capable, dans ce que l’on dit et ce que l’on fait tous les jours, d’être fidèle à la vérité, alors ce sera bien difficile, quand quelque chose de plus important est en jeu, d’être fidèle à sa parole. Au contraire, l’apprentissage du respect de la vérité et la cohérence entre ce que l’on dit et ce que l’on est au quotidien constituent la meilleure école pour apprendre à rester fidèle dans les grandes choses. C’est dans notre propre cœur, devant Dieu, que nous devons vivre la vérité. De cette manière elle se déploiera comme naturellement dans toute notre vie.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, aide-moi à faire en sorte que dans mes paroles la vérité ne soit jamais séparée de la charité. C’est dans l’amour que peut s’épanouir mon cœur. C’est un regard d’amour qui est un regard vrai. Aide-moi à aimer, Seigneur !

Résolution

Apprendre à contrôler un peu plus ce que je dis.

Père Jean-Marie Fornerod, LC