Méditation du jour

La parabole du semeur

Mercredi 27 janvier 2021

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Marc 4, 1-20

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit. Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait : « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. » Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

Quand il resta seul, ceux qui étaient autour de lui avec les Douze l’interrogeaient sur les paraboles. Il leur disait : « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles. Et ainsi, comme dit le prophète : Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient et recevraient le pardon. »

Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ? Le semeur sème la Parole. Il y a ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée : quand ils l’entendent, Satan vient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les gens d’un moment ; que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils trébuchent aussitôt. Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces : ceux-ci entendent la Parole, mais les soucis du monde, la séduction de la richesse et toutes les autres convoitises les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux- là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »

Prière

Prière du P. Gérard Guirauden, missionnaire d'Afrique, en souvenir de son ami, Yohane, le paysan du Malawi qui lui a fait partager ses prières.

Seigneur, je ne suis pas sûr d'avoir bien compris ton histoire de semeur. D'après ce qui est écrit dans ton Évangile, à première vue, tu es un mauvais semeur, un gaspilleur de semence, pardonne mon audace.

Moi, je sais ce que c'est que semer. Il le faut bien, car mes enfants et toute ma famille ne mangeront que le fruit de ce que j'aurai semé. Lorsque les nuages à l'Est annoncent la fin de la saison sèche et promettent des pluies, je prépare bien le terrain, j'enlève les pierres, j'arrache les épineux, je plante un épouvantail pour tenir les oiseaux à distance. Et quand je pars pour semer, je prépare un panier sans trou, solide et large. Je fais bien attention que rien ne tombe sur le chemin : je ne suis pas là pour nourrir les oiseaux. Mon champ est un très beau champ, la terre est rouge, presque comme du sang ; les sillons sont réguliers, suivant la pente de la colline. Dans ma main, la semence est douce, tiède, presque amoureuse. Je la jette lentement, largement ; je l'entends chanter lorsqu'elle vole en cercle dans l'air du matin avant de tomber dans la terre.

Et toi, Seigneur, tu sembles la jeter n'importe où, dans la pierraille, les buissons, le chemin. Explique-moi, Jésus, toi le Maître semeur…Jésus, Maître semeur, ta Parole est semence, et tu n'exclus personne. Les bons et les mauvais, les riches et les pauvres, les distraits et les attentifs : tu ne les juges pas, tu envoies seulement ta parole, largement, généreusement, à pleine main.
Vas-y, Seigneur ! Envoie ta semence à tous mes frères. Ne regarde pas trop les soucis, les peines, les fausses joies qui jonchent mon propre cœur et le monde. Sème, Seigneur ! Tu es patient : alors, donne à chacun la chance de porter du fruit, pour pousser, grandir et porter du fruit au grand soleil de la vie.

(http://www.peresblancs.org/semeur.htm)

Demande

Jésus, que l’écoute de ta Parole porte en moi son fruit et me conduise à œuvrer pour ton Royaume.

Réflexion
  1. « (…) Il monta dans une barque (…) »
    Jésus s’installe au bord du lac de Galilée, probablement dans une petite crique où, pour des raisons topographiques, l’acoustique est particulièrement bonne. Là il commence à enseigner à la foule qui le suit, attirée par les nombreux miracles dont elle a été témoin. Beaucoup s’attendent sans doute à une autre guérison. En montant dans une barque, il veut leur montrer qu’ils doivent ajuster leur attente et en quelque sorte passer à un autre niveau. Il va les encourager à faire un pas de plus dans la confiance et la découverte de son message. Jésus n’est pas tant venu pour « résoudre nos problèmes » que pour nous donner les clefs pour le faire.
     
  2. « Écoutez ! »
    Tous les auditeurs reconnaîtront bien là l’écho à l’« Écoute, Israël », (Dt 6, 4) qui est au cœur de la prière quotidienne juive, le soir, le matin et à midi. Jésus leur rappelle que la prière est tout d’abord l’écoute de sa Parole. Jésus nous invite nous aussi à nous asseoir à ses côtés, à faire silence et à l’écouter. Jésus, le semeur, sème pour tous, généreusement et sans hésitation. Il ne craint pas que la semence se perde tombant sur un sol peu fertile. Il fait de même dans ma vie. Est-ce que je sais me mettre à l’écoute ? Comment est-ce que je cultive mon « terrain » pour qu’il soit fertile ?
     
  3. La terre
    Jésus parle de manière concrète, avec des images simples que tous peuvent comprendre. Cependant, aujourd’hui peut-être notre vie citadine et industrialisée nous éloigne un peu de ces réalités et de ce que la contemplation de la nature peut nous apprendre.
    Jésus nous parle de la terre. Un semeur saura prendre la terre dans ses mains pour en voir la qualité. Il la retourne et la travaille pour l’enrichir. Il me faut travailler ma terre, la cultiver, la nourrir de la Parole et par mon travail ascétique la purifier de ce qui empêche la semence de germer. L’appel de Jésus nous invite aussi aider d’autres à cultiver leur terre : les membres de nos familles, surtout nos enfants, ainsi que les personnes de notre entourage. Pour cela, je peux témoigner auprès d’eux et les accompagner dans la vie chrétienne, la prière en commun et la vie de l’Église.
Dialogue avec le Christ

Merci, Seigneur, de semer en moi ta Parole avec générosité, sans crainte qu’elle ne se perde par le rythme parfois effréné de mes journées, par mon manque d’attention ou voire même par mon orgueil. Ma prière aujourd’hui est preuve de mon désir de te mettre au centre de ma vie et te laisser cultiver, enrichir et retourner la terre de mon cœur. Qu’à l’exemple de Marie qui gardait toutes ces choses en son cœur, je garde moi aussi aujourd’hui ta Parole dans ma vie.

Résolution

Personnelle : je vais prolonger ce temps de prière en choisissant un mot, une idée qui me touche et me la rappeler au cours de la journée. Il peut m’être utile de faire un rappel sur mon téléphone, prenant ainsi un autre « rendez-vous » avec le semeur aujourd’hui.
Ou bien :
Auprès des autres : Poser une action concrète par laquelle je me mettrai au service du Royaume aujourd’hui, par mon témoignage de vie, mes paroles ou mes actions.

Amélie Perroy, consacrée de Regnum Christi