Méditation du jour

« Ton Père qui voit dans le secret te le rendra »

Mercredi 20 juin 2018
Saint Silvère, pape et martyr

Évangile selon saint Matthieu 6, 1-6.16-18

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.  Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Père éternel, Dieu d’amour, tu nous vois et tu nous aimes. Nous te rendons grâce et nous te bénissons au plus secret de nos cœurs. Ta splendeur se reflète dans mon frère, ma sœur en humanité comme en toute créature. Tu es béni, Seigneur, Dieu du ciel et de la terre. Ton nom est sanctifié dans tous les siècles et pour l’éternité. Amen.

Demande

Jésus, aide-moi à tourner mon regard vers le Père, libère-moi du souci pour le regard des autres. Donne-moi la grâce de croiser ton regard qui est un avec celui du Père, et à y croire.

Réflexion

1. Comme les hypocrites. S’il y a une chose qui insupporte le Christ, c’est l’hypocrisie. Elle équivaut au péché contre le Saint-Esprit : feindre au regard des autres, de soi-même et de Dieu la pratique religieuse, en la limitant à une cérémonie extérieure pour la gloire des hommes.
Se donner bonne conscience en l’asphyxiant, cela fonctionne parfaitement, on en a les moyens techniques. Ceci ne vaut pas uniquement dans le domaine religieux. L’actualité mondiale nous présente un éventail d’applications, parmi lesquelles brille l’évolution bioéthique vers le transhumanisme. Techniquement, c’est possible, « sans scrupule ».

2. « Ton Père qui voit dans le secret (…) »

Jésus-Christ, le Juste, qui intercède pour nous auprès du Père (Cf. 1 Jn 2, 1), tout en reconnaissant le mérite des œuvres, les mesure cependant dans l’intention du cœur qui croit en Dieu, espère en lui, s’unit à lui dans l’intimité la plus pure.
Cette intimité avec Dieu nous ouvre à la charité la plus universelle et accomplie. Aumône, prière et jeûne prennent toute leur ampleur et profondeur lorsqu’elles ont en Dieu leur source et leur aboutissement. Comment préparons-nous nos cœurs à cette intimité, afin que nous puissions y entrer, comme avant-goût de la béatitude éternelle ?

3. C’est Jésus qui nous apprend à prier, à offrir et à aimer : « que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite » ; « retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte » et « parfume-toi la tête et lave-toi le visage ». Se déposséder, se retrouver avec Dieu, exhaler son amour, le visage rayonnant, voilà l’idéal auquel Jésus nous défie.
Demandons à l’Esprit Saint de nous conduire vers ces dispositions d’authenticité, de vérité, de magnanimité. C’est lui qui permet que la Parole travaille nos cœurs accueillants et les configure à la charité du Christ Jésus, notre Seigneur.

Dialogue avec le Christ

Jésus-Christ, mon Seigneur, aie pitié de moi, pécheur. Aie pitié de mes frères et sœurs. Je veux apprendre à aimer, à prier, à jeûner. Par toi, j’offre ma vie au Père, dans l’Esprit d’amour, en Marie, ta Mère, pour sa plus grande gloire et pour le salut du monde. Amen.

Résolution

J’offrirai ma prière et mon service au prochain lors de la prochaine messe à laquelle j’assisterai.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC