Méditation du jour

« Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu »

Mardi 20 novembre 2018
Saint Edmond

Évangile selon saint Luc 19, 1-10

En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. » Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Dieu éternel et tout-puissant, en ton Fils Jésus-Christ tu es venu en notre monde et en nos vies pour rétablir l’alliance et notre ressemblance à toi. Nous ouvrons nos cœurs comme Zachée a ouvert la porte de sa maisonnée pour que ton Esprit y réalise l’œuvre de la Rédemption à ta plus grande gloire. Amen.

Demande

Seigneur, aide-nous à faire ce que Zachée a fait : nous convertir tout entiers.

Réflexion

1. Petitesse et grandeur

Collecteur d’impôts, Zachée « plume » les contribuables et s’attire de nombreux ennemis. Si sa conscience ne lui reproche rien, il est conscient des reproches des autres et se reconnaît petit, non seulement sur le plan physique, mais aussi moralement.

L’escalade du sycomore contient une signification symbolique : son honnêteté se hisse sur l’escabeau de sa curiosité. Est-ce que moi aussi je sais reconnaître la grandeur dans la petitesse ?

2. Souveraine miséricorde de Dieu

Lorsque Jésus appelle Zachée, l’amour de Dieu se fait audible et palpable. Il se fait miséricorde. Cet appel émet pour nous aussi un signal d’espérance : rien n’est trop bas et hors de portée pour Dieu.

Piégé par ses richesses, Zachée a néanmoins la grâce de la conversion. Celle-ci en effet n’est réservée, ni à une élite spirituelle, ni au rebut moral ; d’autre part, la grâce n’est ni facile, ni banale. La visite de Jésus est engageante et de ce fait hors de portée pour les âmes médiocres ou hypocrites.

3. Espérance et largesse

La leçon que nous pouvons tirer de cette rencontre est que la conversion ne se fait pas à moitié. Entière, elle présente à l’âme le Christ comme le vrai trésor, objet de notre espérance, bien au-delà d’une équivalence entre la richesse et le paradis. Pour elle, il faut tout quitter.

Comme Moïse, le pécheur repenti est tiré des eaux et trouve en Jésus-Christ une nouvelle identité et sa raison de vivre. Jésus n’exige pas de règlement de compte mais offre son amitié, dont les torrents d’amour produisent leur énergie et la lumière, dans la mesure où le débit ne se calcule plus.

Dialogue avec le Christ

Ton appel, ô Jésus, retentit au cœur de ton Église pour nous appeler, chacun à sa manière, à la sainteté. Par ton Esprit Saint, nous voulons répondre avec générosité et manifester la gloire du Père : que son Règne arrive dans le monde et conduise nos âmes sur les chemins du temps vers l’éternité.

Résolution

Je contribue à la quête de ma paroisse et aux besoins d’une communauté de sœurs, consacrées ou prêtres.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC