Méditation du jour

Miracles et conversion

Mardi 17 juillet 2018
Bienheureuse Charlotte

Évangile selon saint Matthieu 11, 20-24

En ce temps-là, Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas converties : « Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, ces villes, autrefois, se seraient converties, sous le sac et la cendre. Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous. Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu’au ciel ? Non, tu descendras jusqu’au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville serait encore là aujourd’hui. Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Seigneur, donne-moi un cœur qui écoute.

Demande

Que je reconnaisse tes signes dans ma vie et que je te laisse me convertir à toi.

Réflexion

1. Nous écoutons aujourd’hui des reproches du Christ. Aucun d’entre nous n’aime qu’on lui fasse ce genre de commentaires. Se sentir ainsi sur le banc des accusés est désagréable. Et nous aurions tendance à réagir au moins en nous défendant. Mais aujourd’hui, nous allons plutôt demander à notre Seigneur de nous révéler son Cœur et de comprendre ce gémissement qui s’en échappe. Le Christ vit avec la conscience d’être envoyé par son Père pour nous révéler qui est Dieu et donc l’amour qu’il a pour nous ; et en conséquence que nous entrions dans une telle relation avec lui qui nous fasse vivre notre vie de tous les jours en nous sentant profondément aimés, acceptés, compris, pardonnés, soutenus, accompagnés, protégés, et capables d’aimer en retour. Bref, heureux ! Et cet amour en retour, l’amour que j’ai pour le Seigneur, combien il est important pour lui ! Personne d’autre que moi ne peut lui donner mon amour. Il en a tellement soif !

2. Jésus n’est pas un « faiseur de miracles ». Il en accomplit, oui. Mais ce n’est pas le plus important de lui. Le plus important c’est qu’il est Dieu et l’amour qu’il a pour nous. Les miracles qu’il réalise, ce sont des signes de sa toute-puissance et de son amour (qui sont finalement une seule et même chose), comme c’est le cas de la guérison du paralytique : « Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche” ? Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. » (Mc 2, 9-11) En guérissant le pécheur (que nous sommes tous) paralysé, le Christ prouve qu’il guérit aussi l’intérieur de l‘homme. Pardonner est l’un des plus grands actes d’amour ! Parce que pardonner ce n’est pas oublier… Pardonner c’est reconnaître l’offense qui nous a été faite, regarder la personne qui nous a blessé, et décider de l’aimer, de nous donner à nouveau totalement à cette personne, conscient de ce qui s’est passé entre nous deux. Pardonner, c’est divin. Et cela nous est possible seulement avec son aide, par sa grâce. Le symbole universel de l’amour c’est le cœur. Il existe un amour encore plus grand dont le symbole est la croix : l’amour divin. Chaque miracle de Jésus est un signe de cet amour.

3. Et donc, la réponse à ces miracles, que le Seigneur attend de tout son cœur, c’est mon amour. Exprimé en d’autres termes, c’est ma conversion. Conversion signifie changement de direction, se tourner vers. Et dans ce cas, se retourner vers Dieu. Comme cela doit faire mal à Jésus que ceux qu’il aime tant ne voient pas que lui, il les aime ! Il opère plusieurs miracles devant leurs yeux mais ils sont comme des aveugles. Il veut leur donner la vie heureuse, mais ils choisissent de rester dans une vie qui sent la mort, une triste vie. Alors c’est un reproche qui sort de son cœur et de ses lèvres, car notre Dieu ne supporte pas que nous nous fassions du mal. Lui, lent à la colère, plein d’amour et de tendresse, ne cesse de nous « tendre la perche », de nous appeler, de venir à notre rencontre encore et toujours, jusqu’à ce que nous nous laissions aimer par lui en plénitude.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, que je voie ton amour pour moi ! Seigneur, que je croie en ton amour pour moi ! Seigneur, que je vive de ton amour pour moi !

Résolution

Seigneur, que je voie ton amour pour moi ! Seigneur, que je croie en ton amour pour moi ! Seigneur, que je vive de ton amour pour moi !

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi