Mariana Ibañez, nouvelle supérieure provinciale des consacrées d'Europe

Mariana Ibañez est nommée nouvelle supérieure provinciale d'Europe. Dans cette interview, elle parle de sa vocation de consacrée et de sa nouvelle mission.

Combien de consacrées vivent et travaillent actuellement dans la province d’Europe, dans quels pays et dans quels domaines ?

Environ 35 personnes travaillent actuellement en Europe, en France (Paris et Bordeaux), en Allemagne (Ratingen) et en Italie (Milan et Rome). Leurs domaines d'activité sont très variés. Les consacrées ont des responsabilités dans la pastorale des adolescents, des jeunes et des adultes, dans les centres éducatifs diocésains. Elles soutiennent aussi l'Église locale dans la catéchèse et participent aux structures diocésaines. Elles travaillent au sein d’œuvres et centres propres àRegnum Christi tels que le Centre de spiritualité à Paris et l’ ApostelHaus (maison d’apôtres) en Allemagne et enseignent dans différentes structures. Les consacrées participent à la direction de la Fédération et assurent une coordination avec les légionnaires, les laïcs consacrés et les laïcs. Il est difficile d’énumérer tous leurs domaines d’activité tant les réalités sont nombreuses.

 

Selon vous, quelles sont les principales priorités ou les plus grands défis pour votre communauté dans les années à venir ?

Personnellement, la priorité serait de prendre le temps de connaître la richesse et les réalités des personnes et de la mission dans la province.

 

Récemment, l'Assemblée Générale des consacrées s'est tenue à Rome, quels progrès avez-vous constaté ?

Considérer que la Société de vie apostolique des consacrées « appartient à toutes » implique que nous assumions avec joie et courage l'engagement d'une coresponsabilité adulte et consciente. Nous avons acquis une liberté et une maturité croissantes, tant personnelles qu'institutionnelles, à l'école du discernement évangélique. Les conclusions de l'Assemblée générale représentent pour nous le choix de toujours chercher à consolider les futures avancées institutionnelles dans la vérité, l'humilité et l'espérance ; de "réévangéliser" nos valeurs institutionnelles, de les remplir de contenu et de sens. Nous devons agir de manière saine, calme et avec une force intérieure qui provienne d'une transparence humble et sincère, assumant nos erreurs du passé et optant pour la voie de l'apprentissage continu.

 

Que signifie pour vous de faire partie de la Fédération Regnum Christi ?

Nous commençons à écrire ensemble un nouveau chapitre de l'histoire de notre vie institutionnelle et, comme nous l'a dit le pape François en février, « nous avons franchi une étape du chemin que nous parcourons. Cela signifie qu'elle n'est pas encore terminée, mais qu'elle doit se poursuivre. »

Je vois cette période comme une occasion de parcourir ensemble un chemin semblable à celui que Jésus propose à Nicodème dans l'Évangile : un nouvel éveil de l'esprit, à l'écoute, attentives à ce vent qui souffle, que nous ne contrôlons pas, dont nous ne savons pas d'où il vient ni où il nous mènera, mais qui nous apporte fraîcheur, nouveauté, vie. Faire partie de la Fédération implique également de redécouvrir le don des différents états de vie qui la composent, la portée de chacun d'entre elles, le style de relations mutuelles et d'évangélisation que nous sommes appelées à vivre.

 

Quelles tâches de direction avez-vous accompli au sein de Regnum Christi jusqu'à présent ?

Au cours de ces 28 années de vie consacrée, j'ai eu la grande chance d’exercer ce service de direction dans divers domaines, tant pastoraux qu’institutionnels. J’ai travaillé aussi bien au sein de la Société de vie apostolique que dans les communautés de consacrées, ainsi que dans les centres éducatifs et auprès des groupes de jeunes et d'adolescents.

 

Comment vous décririez-vous en tant que personne ?

Chercheuse, loyale, sereine, joyeuse et engagée.

 

Pourquoi vous êtes-vous consacrée au sein de Regnum Christi ?

Depuis que je suis petite, le Seigneur a enraciné dans mon cœur une soif de transcendance, un désir de service et une nostalgie de l'éternité. À travers des expériences profondes de joie et de plénitude, de douleur et de perte, il m'a fait don de l'intimité et d'une grande résonance intérieure. Peu à peu, son regard et son style m'ont captivée, m'amenant à rompre avec mes projets et mon projet de vie, au sein duquel la consécration totale n'entrait pas. Enfin, à partir d'une forte expérience avec l'Eucharistie, j'ai pris la décision de lui offrir ma petite vie si seulement cela permettait à une seule personne dans le monde de trouver un sens et le désir de le rencontrer.

 

Qu'est-ce qui caractérise ou devrait caractériser votre style de leadership ?

Je pense qu’il est important de considérer que, dans l'optique de l'Évangile, le leadership est toujours et seulement un service, un service dont l'objectif est de faciliter les conditions communautaires et personnelles afin que chaque consacrée puisse approfondir sa relation avec le Christ et ainsi renforcer sa vocation.

Cela résonne fortement chez moi puisque c'est précisément le début de mon appel. J'espère réaliser ce service avec la simplicité de celle qui connaît sa propre réalité, comme une autre sœur, en cherchant à me donner librement, en me préparant à écouter constamment dans un esprit de discernement évangélique, en approchant les réalités à partir de relations, et en partant d'un regard de confiance dans l'autre.

Il n’a pas été facile pour moi de quitter l'Argentine, car les seize années de don dans cette province m'ont permis de m'enrichir de la bienveillance culturelle et d'établir des relations d'amitié profonde et véritable ; en outre, je connais les besoins de cette communauté, l'énorme potentiel dont elle dispose et le moment de déploiement qu'elle vit. Mais j'ai accepté cette nouvelle mission avec une totale disponibilité à la volonté du Seigneur. Ses projets sont surprenants et providentiels, et la seule chose que nous puissions faire est de nous y prêter avec un « laissez faire » humble et sincère.

 

Où travaillerez-vous et à quelle fréquence pourrons-nous vous voir en Allemagne et en France ?

Le calendrier n'est pas encore défini mais mon intention et mon désir sont de pouvoir disposer d’une présence significative dans chacune des villes de la province afin de connaître les consacrés, hommes et femmes, légionnaires et laïcs avec lesquels nous travaillons, ainsi que les nuances culturelles à partir desquelles le charisme de Regnum Christi se déploie dans ces localités.