À l’intérieur du cœur

Mardi 16 octobre 2018
Sainte Edwige, religieuse ; sainte Marguerite-Marie Alacoque, vierge

Évangile selon saint Luc 11, 37-41

En ce temps-là, pendant que Jésus parlait, un pharisien l’invita pour le repas de midi. Jésus entra chez lui et prit place. Le pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas fait d’abord les ablutions précédant le repas. Le Seigneur lui dit : « Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio

Prière

Seigneur, donne-moi la grâce d’ouvrir mon cœur à ta présence. Viens en moi, viens me remplir de ton amour.

Demande

Avoir un cœur rempli d'amour pour Dieu.

Réflexion

1. À plusieurs reprises, dans les Évangiles, Jésus est invité à prendre un repas. Chez ses amies Marthe et Marie, chez Matthieu le publicain (collecteur des impôts pour les Romains), chez un pharisien, comme ici. Jésus partage son repas avec toutes sortes de gens, et avec chacun il essaie de laisser quelque chose. Au début de ce repas Jésus n’accomplit pas les ablutions rituelles, habitude que les juifs pieux suivaient fidèlement. Cet « oubli » est sans doute volontaire. Jésus veut amener son hôte à réfléchir sur ce qu’il fait.

2. L’homme, dans sa relation à Dieu, doit trouver un juste équilibre entre intériorité et extériorité. Les deux sont importants. Un excès dans l’un ou l’autre sens, et c’est la relation à Dieu qui peut être faussée. Ce pharisien donnait beaucoup d’importance à l’extérieur, mais peu à l’intérieur. C’est ce que Jésus lui reproche, et non la pratique des ablutions en elles-mêmes. Il est relativement aisé, jusqu’à un certain point, de garder caché ce qu’il y a dans notre cœur. Tandis que l’extérieur, notre corps, nos actes, nos paroles, sont immédiatement accessibles aux autres personnes. Mais, aux yeux de Dieu, il n’en est pas ainsi : « Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? »

3. Ce danger spirituel, dans lequel était tombé ce pharisien, nous guette tout autant nous aussi. Un mauvais acte que tout le monde a vu, une mauvaise parole que tout le monde a entendue, et nous avons aussitôt de grands regrets. Mais qui fait attention à ce qui se passe à l’intérieur de son cœur : aux pensées qui y naissent, aux mouvements qui l’animent ? Et pourtant, pour Dieu, c’est tout aussi important, pour lui qui voit tout. De plus, nos actes et nos paroles trouvent souvent leur racine à l’intérieur de nous-mêmes, avant de s’extérioriser par nos actes et nos paroles. La personne humaine forme un tout uni. Négliger l’un de ses aspects, c’est risquer de prendre une mauvaise direction.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu m’apprends à vraiment me connaître. Aide-moi à continuer de découvrir qui je suis. Aide-moi à continuer de te laisser vivre dans toute ma personne.

Résolution

Lorsque je fais un petit examen de conscience, essayer de penser aussi à ce qui se passe à l’intérieur de mon cœur.

Père Jean-Marie Fornerod, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés