Les véritables liens avec Jésus

Samedi, 10 octobre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 11, 27-28

Comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t'a porté dans ses entrailles, et qui t'a nourri de son lait ! » Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »

Prière

Seigneur Jésus, je crois que tu es là. Je te remercie pour le don de ta présence. Je veux t’offrir mon attention durant ces courts instants, mais sache que tu disposes entièrement de moi, car tu es mon Dieu.

Demande

Augmente ma foi en ta parole, Seigneur.

Réflexion
  1. « Heureuse la mère qui t'a porté dans ses entrailles, et qui t'a nourri de son lait ! »
    Jésus dit à mon âme : tu vois, Philothée, les mères savent bien où réside le bonheur : la proximité, l’intimité et l’union avec la personne aimée. La mère de Jacques et de Jean m’avait demandé une chose semblable pour ses fils : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. » (Mt 20, 21)
     
  2. « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu (…) »
    Cependant, Marie est d’autant plus heureuse, d’autant plus unie à moi, pour avoir reçu d’un cœur ouvert et généreux la parole qui lui fut adressée, lorsque l’ange Gabriel lui a demandé de vouloir bien devenir ma mère : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » (Lc 1, 38)
     
  3. « (…) et qui la gardent ! »
    Cette nouvelle forme d’union avec votre Dieu est celle de la foi : « En Jésus-Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ. » (Ga 3, 26-27) Elle ne dépend pas seulement de mon Père, qui vous a appelés à moi, mais aussi de vous-mêmes. C’est une invitation que je te fais, Philothée, à croire que, vraiment, tu as Dieu comme Père. C’est moi qui ai mérité cela pour toi par ma Passion et ma Résurrection. Donne-moi le plaisir d’y croire !
Dialogue avec le Christ

Jésus, je vois dans ce passage de l’Évangile ton grand amour pour moi, ce grand désir d’union. En même temps, tu me laisses libre. Tu sais bien que tu n’as pas besoin d’obliger qui que ce soit, car qui veut te connaître se rendra compte que : « joie pour les cœurs qui cherchent Dieu ! » (Ps 104, 3)

Résolution

À un moment précis de la journée, rechercher la présence du Seigneur.

Frère Martin Baud, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés