Les 50 ans des premiers engagements de laïcs de Regnum Christi

Le 3 janvier dernier, Regnum Christi a célébré les cinquante ans du premier engagement d’un groupe de laïcs au Mouvement.

Le journal de 1965 du Collège Máximo des légionnaires du Christ de Rome rappelle, le 7 février au matin, que ce jour-là, a été annoncée à la communauté la décision de fonder à Madrid une communauté et que le supérieur de cette communauté serait le P. Alfredo Torres, LC, qui, en même temps était aussi recteur du Collège Majeur de Rome. Le quotidien mentionne également au 11 février de cette même année le voyage à Madrid des P. Alfredo Torres, José-Maria Escribano et José Bustamente.

Les pères se sont installés dans une maison de la Colonie El Viso, 7 Rue Darro à Madrid que le P. Alfredo établira ensuite comme Centre de formation et d’apostolat pour les jeunes laïcs. Le P. Alfredo a reçu le soutien de Mgr Antonio Riberi, alors Nonce apostolique en Espagne. « Il m’a ouvert les portes de l’Université Complutense. » écrivait alors le P. Alfredo qui continuait en ces termes : « Á cette époque de nombreux jeunes étaient désorientés et inquiets […] Donc, la première chose que j’ai faite, fut de permettre aux jeunes de goûter directement le message de Dieu à partir des Saintes Écritures. C’est ainsi qu’est né le premier chemin de sanctification du mouvement Regnum Christi, grâce à la rencontre personnelle avec le Christ, selon le style de saint Paul. » Peu de temps avant, le Concile Vatican II lui-même avait rappelé, par le décret Apostolicam actuositatem, que notre temps n’exigeait pas moins de zèle de la part des laïcs et que les circonstances actuelles exigeaient, au contraire, un apostolat beaucoup plus intense et plus vaste. Le premier groupe de jeunes laïcs se réunit le 5 mars 1965 dans la nouvelle maison de Madrid et le 23 mars la première messe était célébrée au Centre. Le transfert eut lieu plus tard, dans une maison située au 2 Rue Francisco de Asis Mendez Casariego.

Au cours de ces années, le P. Alfredo visitait les collèges de Madrid en donnant des conférences au sujet de la vocation sacerdotale. « Peu à peu, je suis arrivé à former un groupe de garçons, entre 17 et 18 ans. Nous avons alors mis en place les premières réunions que nous appelions ‘Rencontre avec le Christ’ parce qu’elles étaient centrées sur les Évangiles. Elles avaient lieu une fois par semaine. Je fixais un passage d’Évangile à méditer chez eux. Ensuite, pendant la réunion, chacun disait ce que l’Esprit Saint lui avait inspiré à la lecture du passage et ce qu’il en avait retiré dans sa vie personnelle », écrivait le P. Alfredo Torres qui ajoutait : « Ensuite ces garçons le partageaient avec d’autres. Je leur expliquais que le Mouvement impliquait, comme son nom l’indiquait, d’agir. Que saint Paul disait : « Honte à moi si je ne prêche pas l’Évangile. » Avec l’aide de Dieu, le mouvement Regnum Christi grandissait.

« Le 3 Janvier 1968, nous sommes arrivés à la Basilique du Pilar de Saragosse et nous avons pu célébrer la messe aux pieds de la Vierge du Pilar. […] Nous avons reçu les promesses officielles des huit premiers membres laïcs de Regnum Christi », a commenté le P. Alfredo. Parmi ces jeunes, Eugenio Blanco de la Quintana et Juan Francisco Gonzales Vidal entreront quelques années plus tard au sein de la congrégation des légionnaires du Christ. Dans ses mémoires sacerdotales, le P. Eugenio lui-même rappellera avec affection l’ambiance de recueillement et d’amitié que le groupe vivait et il expliquait qu’à cette époque chaque exposé commençait et se terminait par une visite au Saint-Sacrement, à la chapelle. »

Le P. Juan Francisco Gonzales, LC, a aussi ajouté : « La grâce de Dieu reçue en ce 3 janvier 1968 se fait plus visible et plus évidente au cours des années en voyant ce qu’elle a pu réaliser par ce Mouvement durant ces 50 années. C’est quelque chose qu’aucun de ceux qui se sont engagés au sein de Regnum Christi dans la basilique du Pilar de Saragosse ne pouvait entrevoir et cette graine de moutarde déposée par l’amour de Dieu dans son Église s’est développée jusqu’à devenir le grand arbre qu’est, maintenant, le Mouvement. »

« Je conclus par une petite anecdote qui a eu lieu à la fin du rite d’engagement lorsqu’une dame âgée s’est approchée de moi et m’a dit : “Jeune homme, regardez : êtes-vous de ces missionnaires qui partent évangéliser l’Amérique ?” J’ai immédiatement répondu : “Non madame, je ne pars pas en Amérique”. Et alors Dieu a voulu que je travaille ici pendant 40 ans ; sans doute cette personne âgée était-elle comme la prophétesse Anne pour moi. Je remercie infiniment Dieu de m’avoir appelé à faire partie de Regnum Christi en cette première heure et même si, comme dans toute vie, il y a eu des moments difficiles, je suis très heureux au sein du mouvement Regnum Christi et dans la congrégation ; tout le mérite en revient à Dieu qui m’a appelé par amour pour faire partie de ce Mouvement et m’y garde avec le même amour et la même délicatesse qu’au premier jour. »

 

Peu après, quatre autres nouveaux jeunes se sont engagés au sein de Regnum Christi. Ainsi, à 12 jeunes, ils formèrent la première équipe mondiale de jeunes du Mouvement à Madrid. Après ces premiers engagements, d’autres ont suivi en 1969, avec un groupe de jeunes garçons et un groupe de jeunes filles à Mexico. 

À l’occasion de cette célébration, le P. Eduardo Robles-Gil, LC, a adressé une lettre au P. Carlos Zancajo, LC, provincial d’Espagne, que vous pourrez lire ci-après.

São Paulo, le 2 janvier 2018  Très estimé en Jésus-Christ, P. Carlos

 

Demain, 3 janvier 2018, nous célébrerons le 50e anniversaire des premiers engagements de laïcs au sein de Regnum Christi, dans la basilique de Notre-Dame du Pilar (Saragosse), aux pieds de la Vierge Marie. C’est, en vérité, une fête digne d’être célébrée ! Je voudrais rappeler et remercier Dieu de sa présence en notre histoire qui, sous le regard amoureux de Marie, a permis la naissance de la branche laïque du Mouvement. Et aussi, bien sûr, rappeler et rendre grâce aujourd’hui pour le don généreux de ces huit jeunes qui ont été les premiers maillons d’une longue chaîne de membres laïcs de Regnum Christi, partie essentielle de notre famille spirituelle qui désire de façon exemplaire rendre le Règne du Christ présent dans le monde.

Lorsque quatre autres jeunes se sont unis aux huit premiers en s’engageant à Madrid, ils ont ainsi pu former la première équipe de laïcs de Regnum Christi. Ainsi il est manifeste que, de cette humble façon, Dieu avait pensé que les laïcs formeraient aussi le Mouvement. C’est un fait très simple comme se réalisent très souvent les choses du Seigneur qui, paradoxalement, préfère accomplir de grandes œuvres en passant par ce qui est humble… Après ces premiers engagements, d’autres engagements de jeunes garçons et de jeunes filles ont presqu’immédiatement suivi à Mexico en 1969. Et ensuite, Dieu nous a bénis grâce à la générosité et au travail des laïcs, des légionnaires, des membres consacrés féminins et des membres laïcs consacrés masculins.

Pendant ces 50 dernières années, nombreux sont les moments et les personnes qui pourront se remémorer, dans les différents provinces et localités, de quelle manière ils ont été une clé dans l’histoire de Regnum Christi. Dans l’histoire du salut et aussi dans la nôtre, il y a des moments remplis de lumière et d’ombres aussi, au cours desquels la main ferme de Dieu et le soin amoureux de Marie ont fait avancer son œuvre au milieu des péripéties et des vicissitudes humaines. Dans l’aujourd’hui du Mouvement, cette première entrée généreuse a été bénie et s’est accrue de plus de 20 000 laïcs qui, jour après jour, vivent dans le siècle le charisme de Regnum Christi selon leur vocation spécifique.

Dans ma vie personnelle, le témoignage de ces laïcs, à commencer par celui de ma propre mère qui s’est engagée en 1971, a été ce qui m’a souvent inspiré dans ma vie sacerdotale dans la congrégation des légionnaires du Christ et au sein de Regnum Christi. En ce jour je m’unis aux prières de ces laïcs pour que chacun des membres laïcs, enflammés de l’amour ardent de Dieu, ne cesse de témoigner jusqu’à ce que le Christ soit connu et aimé jusqu’aux extrémités de la terre. 

En ce temps de Noël, laissons-nous interpeller par le mystère plein d’amour de l’Incarnation. Le Christ, de sa crèche, commence à régner et à tout transfigurer de son amour. Ouvrons donc nos cœurs pour qu’il puisse faire grandir le Mouvement en nous et à travers nous, jusqu’à sa plénitude selon les désirs de son Cœur Sacré.

Affectueusement en Jésus-Christ, Eduardo Robles-Gil, LC