Le pain de la vie éternelle

Dimanche 12 août 2018
19e dimanche du Temps Ordinaire

Évangile selon saint Jean 6, 41-51

Comme Jésus avait dit : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel », les Juifs récriminaient contre lui : « Cet homme-là n'est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire : 'Je suis descendu du ciel' ? » Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous. Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Certes, personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

Seigneur, je n’ai pas le cœur fier ni le regard hautain. Je n’ai pas pris un chemin de grandeurs, ni de prodiges qui me dépassent. Non, je tiens mon âme en paix et silence, comme un petit enfant contre sa mère, telle est mon âme en moi. Je suis ici, Seigneur, en silence, et je t’attends dans la prière. Pardon pour les fois où mon cœur met sa confiance en des postures ou des possessions. Aujourd’hui je laisse tout cela de côté, afin de tenir mon âme devant toi dans la paix (Ps 131).

Demande

Générosité, afin de me laisser attirer par Jésus.

Réflexion

1. « Comment peut-il dire : ‘je suis descendu du ciel’ ? »

La foule murmure que Jésus n’a rien de spécial. Car il n’est pas toujours facile de le reconnaître. Il vient dans l’humilité et le silence. L’exemple par excellence est l’Eucharistie. Là Jésus nous approche sous la forme du pain, notre soutien quotidien. Le reconnais-je à la messe ? Le reconnais-je chez les autres, quand j’entends le « sans abri » qui me demande de l’argent ou l’invité qui me parle ? Je le reconnais dans les difficultés ainsi que les joies ? Mais peut-être ne reconnais-je pas sa puissance et son amour pour moi, et je ne lui demande rien ?

2. « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire vers moi. » « Que saurions-nous dire à Dieu, s’Il ne s’était lui-même auparavant communiqué et découvert à nous dans sa Parole, de telle sorte que nous ayons accès à Lui et commerce avec Lui ? » (H.U. von Balthasar). Le Seigneur est celui qui m’invite, ma vie, donc, est une réponse à son amour pour moi.

3. « Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. »

Jésus est venu pour nous révéler ce que nous sommes à ses yeux et l’amour que Dieu Père, Fils et Saint Esprit ont pour nous. Il nous instruit personnellement. Il désire trouver l’écoute chez moi, afin de me parler et me porter plus près de lui.

Dialogue avec le Christ

Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Père, je veux écouter. Je sais que tu veux mon bonheur. Parfois j’ai peur de ce que tu me demandes, mais ta grâce est plus forte que ma faiblesse. Attire-moi vers toi aujourd’hui.

Résolution

Faire une action d’abandon à la Providence de Dieu.

Sarah Cleary, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés