Jésus, le Roi d’amour

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Matthieu 17, 10-13

Les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? » Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de même, le Fils de l’homme va souffrir par eux. » Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste.

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

« Berger d'Israël, écoute, resplendis au-dessus des Kéroubim. Réveille ta vaillance. Dieu de l'univers, reviens ! Du haut des cieux, regarde et vois : visite cette vigne, protège-la, celle qu'a plantée ta main puissante, le rejeton qui te doit sa force. » (Ps 79, 2-3.15-16)

Viens, Esprit Saint, visite la vigne que je suis. Coupe ce qui est en trop, arrose ce qui est sec.

Demande

Donne-moi la grâce, Seigneur, de te trouver au sein de ma faiblesse.

Réflexion

1. « Élie va venir pour remettre tout en place. » (Mt 17, 11)

Jésus dit à mon âme : cela, c’était le premier désir de mon Père. Jean était vraiment venu « afin de ramener le cœur des pères vers les fils et de rétablir les tribus de Jacob » (Si 48, 10) pour que je puisse trouver un peuple qui accueille mon message. Toi aussi, Théophile, tu es toujours invité à suivre le bien, et tu en es capable, car ma grâce t’accompagne.

2. « Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu . » (Mt 17, 12)

Bien des fois, cependant, tu ne choisis pas le bon chemin ; parfois consciemment, te préférant toi-même à moi, et parfois inconsciemment, aveuglé par l’endurcissement de ton cœur ou bien ébloui par une vie superficielle, ne reconnaissant plus ma voix au fond de ta conscience. Néanmoins, ne te décourage pas pour autant. Unis ta faiblesse spirituelle à ma faiblesse physique, alors que je marchais vers le Golgotha. Tu n’y vois pas clair ? Moi non plus. J’arrivais même à dire : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27, 46)

Mais cela ne m’empêcha pas de me relever après les chutes car, au fond de mon cœur, je savais quelle était la volonté de mon Père, celle que je voulais accomplir par amour pour lui et pour les hommes.

3. « Le Fils de l'homme, lui aussi, va souffrir par eux. » (Mt 17, 12)

Si j’ai accepté d’être faible, de souffrir et d’assumer toutes les conséquences du péché, comme l’est par exemple cette sensation d’être loin de Dieu, c’est justement parce que j’ai voulu être proche de toi, marcher à tes côtés, marcher au-devant de toi, rouvrant ainsi le chemin qui conduit au Père. Suis mes pas et tu vivras.

Dialogue avec le Christ

Jésus, durant ta vie publique, tu fuyais la foule qui voulait te faire roi et tu interdisais qu’on révèle ton identité de Fils de Dieu. En revanche, lorsque vint l’heure de ta Passion, tu as accepté que l’on te couronne d’épines et que l’on se moque de toi, te donnant le manteau de pourpre et le roseau pour sceptre. Roi de la souffrance, ton apanage est la douleur et l’humiliation. Mais tu en es fier, car derrière l’acceptation de chacune de ces souffrances, il y a l’amour. Cette couronne d’épines est celle du Roi d’amour, la seule que tu aies bien voulu porter sur cette terre.

Résolution

Si la faiblesse humaine vient frapper à ma porte, unir mon effort de persévérance dans le bien à celui de Jésus sur le chemin de la croix.

Frère Martin Baud, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés