Jésus, Christ, fils de David, fils d’Abraham

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Matthieu 1, 1-17

Généalogie de Jésus, Christ, fils de David, fils d’Abraham

Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone, Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé, Jessé engendra le roi David. David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon, Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone. Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor, Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud, Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob, Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ. Le nombre total des générations est donc : depuis Abraham jusqu’à David, quatorze générations ; depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ; depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.

Ecouter cette méditation:
Télécharger le fichier audio
Prière

Seigneur, par ton Esprit, l’Esprit Saint, ouvre mon cœur pour accueillir celui que tu m’envoies pour te connaître et me faire venir à toi.

Demande

Marie ma Mère, mène-moi à Jésus !

Réflexion

1. À partir d’aujourd’hui, 17 décembre, l’Église – c’est-à-dire nous – lance le compte à rebours pour Noël. C’est un pas de plus dans ce temps de l’Avent. Nous l’entendons dans les Évangiles de ces huit jours précédant le 25 décembre qui sont tirés exclusivement du premier chapitre des Évangiles de saint Matthieu et de saint Luc parce qu’ils annoncent la naissance prochaine de Jésus, l’Emmanuel, Dieu-avec-nous.

Qui est celui qui vient ? Et pour comprendre cela : d’où vient-il ? Comme nous, Jésus est inséré dans une culture, une famille, une histoire. Les évangélistes nous l’expliquent, et notamment Matthieu dans la généalogie que nous écoutons aujourd’hui. Il ouvre son Évangile en qualifiant Jésus de Christ, de fils de David et de fils d’Abraham.

Tout d’abord, Christ. Jésus est Christ, « Messie » en hébreu, ce qui veut dire « oint », oint par l’Esprit de Dieu, parce qu’il est l’envoyé de Dieu pour instaurer définitivement son Royaume. Un Christ qui arrive à un moment où le peuple d’Israël vit dans l’obscurité et dans un moment de trouble. Sous occupation romaine et sans prophète, les promesses du Seigneur semblent être tombées dans le silence.

2. Fils d’Abraham

« Dès le commencement, Dieu bénit les êtres vivants, spécialement l’homme et la femme. (…) Mais c’est à partir d’Abraham que la bénédiction divine pénètre l’histoire des hommes, qui allait vers la mort, pour la faire remonter à la vie, à sa source : par la foi du "père des croyants" qui accueille la bénédiction est inaugurée l’histoire du salut. » (Catéchisme de l’Église catholique, 1080)

Le Seigneur choisit Abraham, fait une alliance avec lui et sa descendance. Il promet à Abraham une terre et une descendance qui sera bénie. Cette descendance parle non seulement d’abondance, aussi nombreuse que les étoiles du ciel, mais encore de toutes les nations de la terre. Car le désir et le projet de Dieu n’est pas de venir en aide à quelques-uns, mais que tous les hommes aient la vie, que tous ses enfants reviennent à lui.

Jésus est fils d’Abraham, il est du peuple de l’alliance et donc fils de la promesse. En lui, tous les enfants d’Abraham sont bénis et, par lui, toutes les nations peuvent revenir au Seigneur et devenir fils d’Abraham.

3. Fils de David

Jésus est fils de David, et donc héritier de la promesse faite par Dieu : un royaume éternel (cf. 2 S 7, 16). La place centrale que Matthieu donne à ce grand roi d’Israël dans la généalogie se réfère à cette promesse. Il y a trois groupes de quatorze générations. Le premier part d’Abraham et culmine en David. Le second part de Salomon et finit très bas dans l’exil à Babylone. Et le troisième, qui remonte jusqu’à Jésus, montre le roi qui durera pour toujours. C’est le Christ-Roi, le centre de l’Histoire. Mais à quel roi nous attendons-nous ?

Terminons alors avec ce beau paragraphe du livre de Joseph Ratzinger, Jésus de Nazareth, qui décrit un peu plus quel est ce Christ-Messie, et le Royaume qu’il apporte, Royaume qui est en lui. Ce texte prend un accent tout particulier en ces jours de préparation à Noël.

« Dès lors, nous sommes confrontés à la grande question qui nous accompagnera tout au long de ce livre : qu'est-ce que Jésus a vraiment apporté, s'il n'a pas apporté la paix dans le monde, le bien-être pour tous, un monde meilleur ? Qu'a-t-il apporté ? La réponse est très simple : Dieu. Il a apporté Dieu. Il a apporté le Dieu dont la face s'est lentement et progressivement dévoilée depuis Abraham jusqu'à la littérature sapientielle, en passant par Moïse et les Prophètes – le Dieu qui n'avait montré son vrai visage qu'en Israël et qui avait été honoré dans le monde des gentils sous des avatars obscurs — c'est ce Dieu-là, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le Dieu véritable qu'il a apporté aux peuples de la terre. Il a apporté Dieu : dès lors, nous connaissons sa face, dès lors nous pouvons l'invoquer. Dès lors, nous connaissons le chemin que, comme hommes, nous devons emprunter dans ce monde. Jésus a apporté Dieu et avec lui la vérité sur notre origine et notre destinée ; la foi, l'espérance et l'amour. Seule la dureté de notre cœur nous fait considérer que c'est peu de chose. Assurément, le pouvoir de Dieu dans le monde est discret, mais c'est le pouvoir véritable, durable. Encore et toujours, la cause de Dieu semble continuellement comme ‘’à l'agonie’’. Mais elle se montre toujours comme ce qui véritablement demeure et sauve. Les royaumes du monde, que Satan a pu montrer jadis au Seigneur, se sont tous écroulés entre temps. Leur gloire, leur doxa, n'était qu'apparence. Mais la gloire du Christ, la gloire de son amour, faite d'humilité et d'acceptation de la souffrance, n'a pas décliné et ne déclinera pas. »

Dialogue avec le Christ

Jésus, tu es Dieu qui vient nous sauver, qui vient me donner une vie pleine de joie, de paix, de bonté, de fidélité. Donne-moi de te choisir aujourd’hui une fois de plus et, nouvellement, comme mon Seigneur et mon Dieu.

Résolution

Décider de l’attitude avec laquelle je veux vivre ces jours de Noël et de préparation. Dans le « rush » de tant de choses à faire, je peux choisir de vivre en aimant, en acceptant, en me donnant jour après jour.

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés