« Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! »

Dimanche 10 février 2019

Évangile selon saint Luc 5, 1-11

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.

À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »

Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

« Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! Toute la terre est remplie de sa gloire. » Aide ta pauvre créature, très sainte Trinité, à goûter à la communion des personnes divines. Au nom du Père…

Demande

Seigneur, apprends-moi à écouter ta voix qui m’appelle chaque jour à la sainteté.

Réflexion

1. Le récit de la vocation d’Isaïe et la vocation de saint Pierre racontée par Luc présentent de fortes ressemblances et une certaine continuité, sans nier la rupture et le dépassement qui s’accomplissent dans l’appel de Jésus à ses apôtres par rapport à l’Ancien Testament. Ce dimanche nous pourrions nous demander si nous avons déjà ressenti cet appel à la mission et comment nous y répondons. Sûrement ni vous ni moi n’avons vu de séraphins mais à travers la Parole de Dieu de ce dimanche résonne à nouveau l’appel du Seigneur dans notre cœur. Quel est cet appel ? Comment l’identifier ? Comment savoir si je suis appelé ?

2. Nous avons un appel fondamental par le baptême : l’appel à la sainteté. « Pourvus de moyens salutaires d’une telle abondance et d’une telle grandeur, tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur condition et leur état de vie, sont appelés par Dieu, chacun dans sa route, à une sainteté dont la perfection est celle même du Père. » (Lumen Gentium, n° 11) L’appel à la sainteté est l’appel au bonheur, à la plénitude de vie que Dieu nous offre, à laisser emplir le temple de notre âme de sa présence et le filet de notre cœur de l’abondance de son amour, un amour qui demeure. Et c’est dans notre indignité, dans la négation de la vie divine, dans son absence en nous, que nous constatons son indéfectible réalité. Isaïe déclare être «un homme aux lèvres impures » et Pierre « un homme pécheur ». Face à la plénitude de la vie, à la sainteté de Jésus, à la présence du Dieu trois fois saint l’abîme de la miséricorde appelle l’abîme de la misère, pourvu que celui-ci ouvre ses portes hermétiques à Dieu. Combien de fois rêvons-nous d’une vie qui n’est plus la nôtre ? Combien de fois aimerions-nous mener un autre type de vie, revenir sur nos choix ?

3. « Les saints n’ont pas tous bien commencé, mais ils ont tous bien fini » aimait dire le Curé d’Ars. Dieu purifie les lèvres d’Isaïe et rassure Pierre : « Sois sans crainte. » Tous les deux sont envoyés pour annoncer, c'est-à-dire être témoins de cette rencontre avec Dieu. À un moment donné de leur vie ils ont écouté l’appel de Dieu et ils y ont répondu : « Me voici ! » Qu’attendons-nous pour répondre à l’appel à la sainteté ? Certains sont déjà sur la bonne route, mais si vous croyez que c’est mal parti, n’oubliez pas que même si l’on ne commence pas bien, l’important est de bien finir et donc de commencer maintenant. C’est maintenant le temps de la grâce.

Dialogue avec le Christ

Jésus, apprends-moi à écouter ton appel comme un murmure dans mon cœur, pauvre et petit, mais un murmure, une source cachée, un brandon qui ne s’éteint pas et qui rallumera le monde entier le jour où je rassemblerai autour de lui toute ma personne, le jour où tous les désirs de mon cœur éparpillés trouveront dans ton appel à la sainteté l’unité que je cherche.

Résolution

Me confier à mon saint patron pour qu’il m’aide à répondre aujourd’hui à l’appel à la sainteté.

Père Roger Villegas, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés