Reconnaître l’arbre à son fruit, discernement

Samedi, 12 septembre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 6, 43-49

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.
Et pourquoi m’appelez-vous en disant : “Seigneur ! Seigneur !” et ne faites-vous pas ce que je dis ? Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble. Il ressemble à celui qui construit une maison. Il a creusé très profond et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l’inondation, le torrent s’est précipité sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite. Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle, et aussitôt elle s’est effondrée ; la destruction de cette maison a été complète. »

Prière

« Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce, j’invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple. » (Ps 115, du jour)

Demande

Je crois en toi, Seigneur, augmente ma foi ! J’espère en toi, guide-moi sur tes sentiers. Que la charité soit mon guide en tout !

Réflexion
  1. Construire sa maison sur le roc
    Le but de notre vie spirituelle est de construire notre vie en Dieu, cherchant à suivre sa volonté pour vivre dans son amour. Dans la première lecture d’aujourd’hui, saint Paul exhorte les croyants à offrir leur sacrifice à Dieu seul, leur faisant voir l'absurdité des sacrifices païens qui ne sont offerts qu’aux idoles.
    Nous pouvons nous aussi offrir les petits ou grands sacrifices de notre vie quotidienne à Dieu. Parfois cependant nous les offrons à l’idole de notre orgueil, de notre vanité, de notre perfectionnisme. Ou au contraire nous les évitons par paresse ou confort. La plupart de nos actions sont bonnes en elles-mêmes. Cependant l'intention qui nous pousse à les accomplir peut être remplie de nous-mêmes. Comment discerner dans ce cas ce qu'il est bon de faire ? Ce n'est pas une tâche facile. Jésus nous donne aujourd'hui une clé de lecture pour le discernement dans les questions simples du quotidien. En effet, discerner entre le bien et le mal est facile, mais discerner entre deux choses apparemment bonnes est plus complexe. Saint Paul nous rappelle que seul le sacrifice qui plaît à Dieu est celui qui est offert en communion avec le Christ, avec le sacrifice eucharistique.
     
  2. Chaque arbre en effet se reconnaît à son fruit
    Nous cheminons dans la liberté des enfants de Dieu. Discerner sur l’intention de nos actions est parfois difficile et demander la lumière à l’Esprit Saint nous aidera à éclairer nos choix. Cependant, ce n’est pas toujours facile de faire la part des choses et ces paroles du Christ peuvent nous aider : « Chaque arbre en effet se reconnaît à son fruit. »
    Si nos actions nous procurent de la paix, de la joie ou de la sérénité, elles ont probablement été inspirées par un désir sincère de cheminer vers Dieu. Si au contraire elles nous laissent un arrière-goût de doute, une peur, un sentiment de culpabilité – ai-je fait le bon choix ? – il y avait sans doute un peu de recherche de nous-mêmes en substance.
    On pourrait objecter avec raison qu’on ne peut le savoir qu’après avoir agi. Rappelons-nous alors que le but de notre vie spirituelle n’est pas d’être parfaits mais d’être en chemin ! Si l’objet de nos actions était bon en lui-même et que le fondement de notre désir était de faire ce qui plaît à Dieu, évitons de tomber dans les scrupules. Si après coup nous percevons que notre intention n’était pas la bonne, sachons alors, avec un cœur d’enfant, nous tourner vers Dieu et reprendre notre chemin, sachant qu’il est un Père bienveillant et qu’il veut notre bonheur.
    Dans tous les cas, n’hésitons pas à invoquer le saint Nom de Marie, celle qui a dit « oui », et que nous fêtons aujourd’hui !
Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu es le Chemin, la Vérité et la Vie. Tu connais les désirs de mon cœur et tu sais comme je veux cheminer vers toi. J’ai confiance en toi et je me remets entre tes mains.

Résolution

Je pourrais peut-être prendre un moment à la fin de ma journée pour faire un retour sur mes actions et en soupeser le fruit dans mon âme. « Chaque arbre en effet se reconnaît à son fruit. » Ainsi l’expérience me permettra de faire un choix plus libre dans le futur.

 

Note : Le livre La liberté intérieure de Jacques Philippe sera utile à ceux qui souhaitent approfondir le thème du discernement.

Amélie Perroy, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés