Première messe du P. Leopoldo Sayegh, LC

Soumis par Regnum Christi le mar 09/02/2021 - 18:45

 

Le dimanche 31 janvier 2021, le P. Leopoldo Sayegh, LC, a célébré sa première messe en France à la paroisse Notre-Dame de Boulogne.

Paroissiens, amis et membres de Regnum Christi étaient présents pour l’occasion ainsi que de nombreux jeunes venus entourer leur aumônier. Ils ont participé à la chorale et animé la messe.

 

« C'est lorsqu'on laisse la place à Jésus que tout devient parfait ! »

Témoignage d'Eva, jeune de Regnum Christi qui animé les chants de la messe

Je pense que pour tous les jeunes RC – en tout cas pour moi – l’ordination du P. Leopoldo aura été l’occasion de voir les grâces immenses que le Seigneur peut continuer à prodiguer, même et surtout pendant cette période difficile que nous traversons tous.

Cela a été une petite croix à porter de ne pas pouvoir être présente à ses côtés pendant la messe d’ordination au Venezuela, mais une joie immense pour la famille Regnum Christi de pouvoir être associée au service de sa première messe.

J’ai connu le P. Leopoldo à son arrivée à Paris en janvier 2020 et j’ai tout de suite été très touchée par sa simplicité à être présent parmi notre groupe de jeunes, accorder de l’attention à chacun et avoir le désir de nous connaître tous et de nous soutenir dans nos missions.

Préparer cette messe avec le père a été un très beau chemin de mise à l’écoute de la Parole, de se laisser guider par le Seigneur dans les grâces qu’il allait répandre ce jour-là et de faire confiance. Lorsque l’on anime une messe, on est vite confronté à ses propres fragilités : vouloir que tout soit parfait et que tout soit le plus beau possible. Saint Augustin dit : « Chanter, c’est prier deux fois » ; en tant que chantre ou chef de chœur, on a souvent envie d’ajouter « Chanter juste, c’est prier deux fois ».

Mais finalement – et je l’ai vécu très profondément pendant cette messe – malgré les fausses notes, les départs hasardeux et le fait que je sois loin d’être une chanteuse lyrique professionnelle, c’est lorsqu’on laisse toute la place à Jésus que tout devient parfait. Le moment qui m’a le plus émue pendant cette messe et que je garde très précieusement en mon cœur est lorsque le père m’a demandé de chanter l’Ave Maria de Caccini pendant la consécration de son sacerdoce à la Vierge Marie. Je ne l’avais jamais chanté avant !

Lorsque le P. Leopoldo me l’avait demandé quand nous préparions la messe, ma première réaction avait été de dire : « Impossible, père, c’est de la folie, je n’y arriverai jamais ! » Et puis, parce que c’est votre super ami prêtre qui vous le demande, on ne refuse pas. Alors je l’ai travaillé pendant deux semaines d’arrache-pied (un jour de plus et je pense que mes voisins appelaient la Police !). Lorsque je me suis retrouvée à côté de Magda et que j’ai vu le père s’avancer vers la Vierge Marie, ce qui comptait n’était plus la note difficile à atteindre ou le tempo ou la respiration mais bien de laisser toute la place au Seigneur pour que nous puissions tous associer nos cœurs à ce moment magnifique (et aussi fermer les yeux pour ne pas pleurer).

Depuis le 19 juin 2020 et mon association en tant que laïque à Regnum Christi, je rends grâce chaque jour au Seigneur d’avoir mis cette famille spirituelle sur mon chemin et d'avoir eu l’honneur d’apporter ma contribution à cette messe fait partie des moments dont je me souviendrai toute ma vie !

 

« Les hommes d'aujourd'hui ont plus besoin de témoins que de maîtres »

Homélie de la première messe du P. Leopoldo

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, nous avons lu que Jésus parlait avec autorité, avec exousía (en grec). Ex-ousia signifie parler de l’intérieur, parler de ce qui est au dedans de nous-mêmes, de ce que nous sommes. Jésus parlait avec autorité parce qu’il témoignait du feu de son âme. Cela me fait penser à une phrase que j’aime bien et qui a été répétée par plusieurs papes : « Les hommes d'aujourd'hui ont plus besoin de témoins que de maîtres. »

Voici dix réflexions vécues dont j’aimerais témoigner :

1. Rencontrer le Christ est la meilleure chose qui puisse nous arriver. Même si je fais un grand effort d’imagination, je ne trouve rien de mieux. Après avoir étudié l’histoire universelle, approfondi la pensée de grands philosophes, connu des personnes d’âges différents et de plusieurs pays et avoir admiré l’exemple de leurs vies, je n’ai pas de vérité plus claire. Il n’y a rien de comparable à la valeur d’une rencontre avec Jésus.

2. La miséricorde est la face la plus expressive de Dieu. En fait, Dieu ne peut nous regarder qu’avec miséricorde. À la miséricorde s’ajoute la tendresse. La tendresse est la fleur de la miséricorde. Des actions de tendresse qui sortent d’un cœur miséricordieux peuvent convertir des cœurs de pierre en cœurs de chair. Nous sommes appelés à rendre présents le regard et le cœur tendres et miséricordieux de Dieu sur terre.

3. Marie, Mère de Dieu et notre Mère, est le pont le plus direct, le plus solide, le plus beau, le plus concret, le plus remarquable entre Dieu et nous-mêmes. De la même manière que Jésus a voulu venir à nous à travers Marie, de même veut-il que nous allions à lui à travers elle. Toute grâce qui nous vient de Dieu passe par les mains de Marie. Lorsque Marie fixe les yeux sur quelqu’un, cette personne est sauvée. Elle est le refuge des pécheurs.

4. Le bonheur est une décision. Il y aura toujours de bonnes raisons de ne pas être heureux. Mais il y aura toujours aussi la possibilité d’être heureux si on le choisit et, avec l’aide de Dieu, le bonheur est toujours déjà assuré.

5. L’amitié est un cadeau du ciel. L’amitié, les amis rendent présents Dieu sur terre. Soyez de bons amis et vous aurez de bons amis. Soyez l’ami que vous voudriez avoir. Et avec les amis, ayez le souci des détails. Les détails sont le thermomètre de notre charité. Parmi nos amis, nous devons inclure les saints. Ils sont proches de nous. L’amitié est une forme d’amour. Et croyez-moi, ils ont appris à aimer !

6. La Parole de Dieu contient la sagesse et les vérités les plus solides que nous puissions donner à notre âme. Dieu accomplit des miracles intérieurs à travers sa Parole. Les meilleures réponses liées aux questions les plus existentielles sont dans les Écritures Saintes.

7. Nos blessures pourraient être source de lumière dans notre vie. Trop de certitude et de force nous empêchent de progresser et bloquent aussi l’action de Dieu. C’est justement parfois à travers nos faiblesses que la lumière de Dieu peut entrer en nos cœurs, en sortir et rayonner.

8. Nous n’aurons plus peur d’évangéliser lorsque nous aurons expérimenté le Saint-Esprit et sa manière d’agir. Si nous comprenons la simplicité et la force de l’action du Saint-Esprit, nous serons confiants de nous mettre à son service et de rendre présent le Christ dans le monde. Je dis cela parce que la peur ralentit et décourage de nombreuses possibilités de mission. Les personnes ne se sentent alors pas prêtes ou mal préparées pour se mettre au service de l’évangélisation. Mais en fait c’est Dieu qui accomplit tout, pas nous !

9. La simplicité et la gratitude font intégralement partie de la joie . Nous avons des raisons infinies de remercier. Il faut tout simplement ouvrir les yeux. C’est à nous d’ajouter à notre vie de tous les jours de la musique, des fleurs et de la poésie, être attentionné envers nous-mêmes, ou tout simplement ouvrir les yeux et nous émerveiller. La beauté nous élève, nous fait sourire, nous fait goûter des moments du ciel.

10. Notre plus grande gloire est la croix de Jésus et sa Résurrection . Et avec cela je reviens à l’Évangile. La croix et la Résurrection sont l’épreuve finale de l’amour et de la puissance de Dieu, l’expression de l’autorité d’un Dieu qui s’est fait serviteur par amour.

 

Retrouver le témoignage vocationnel du P. Leopoldo ici.

Regarder la retransmission de la messe ici.