Les graines de foi, d’espérance et de charité

Samedi, 19 septembre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 8, 4-15

En ce temps-là, comme une grande foule se rassemblait, et que de chaque ville on venait vers Jésus, il dit dans une parabole : « Le semeur sortit pour semer la semence, et comme il semait, il en tomba au bord du chemin. Les passants la piétinèrent, et les oiseaux du ciel mangèrent tout. Il en tomba aussi dans les pierres, elle poussa et elle sécha parce qu’elle n’avait pas d’humidité. Il en tomba aussi au milieu des ronces, et les ronces, en poussant avec elle, l’étouffèrent. Il en tomba enfin dans la bonne terre, elle poussa et elle donna du fruit au centuple. » Disant cela, il éleva la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole. Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles. Ainsi, comme il est écrit : Ils regardent sans regarder, ils entendent sans comprendre. Voici ce que signifie la parabole.

La semence, c’est la parole de Dieu. Il y a ceux qui sont au bord du chemin : ceux-là ont entendu ; puis le diable survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés. Il y a ceux qui sont dans les pierres : lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment et, au moment de l’épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont les gens qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité. Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. »

Prière

Jésus, je t’ouvre mon cœur, je désire t’inviter à visiter tous les recoins de mon âme. Viens, Jésus, humidifier la terre de mon cœur par l’eau de ta grâce.

Demande

Que ta Parole, Seigneur, me transforme réellement en profondeur.

Réflexion
  1. Les versets que nous venons de lire ont déjà une explication, c’est Jésus lui-même qui nous éclaire sur cette parabole que nous connaissons bien. C’est une parabole fondamentale, il ne faut pas se lasser de l’écouter ni de la scruter. Depuis le jour de notre baptême, les graines de foi, d’espérance et de charité ont été semées dans la terre de notre cœur, nous les avons reçues gratuitement. Ces vertus ont besoin de bon engrais pour s’épanouir, notamment par la prière quotidienne, le devoir d’état vécu comme une offrande de nous-mêmes, la vie sacramentelle ; mais aussi en pratiquant le combat spirituel et en nous mettant au service de nos frères. Si l’un de ces engrais est mis de côté, ce sont alors les ronces, les pierres (les faux désirs, les écrans, l’orgueil…) qui prennent le dessus.
    Je peux alors sincèrement me poser les questions suivantes : est-ce que je prends soins des graines que l’on m’a offertes ? Dans quel état se trouve la terre de mon cœur ? Un coup de « jardinage » serait-il utile ?
     
  2. Jésus nous dit que la semence, c’est sa Parole. Chaque jour, nous lisons un passage de l’Évangile ou de la Bible. Et dans l’épître aux Hébreux il nous est dit : « Elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur. » (Hb 4, 12) Nous laissons-nous réellement transformer par la Parole de Jésus ? Nous a-t-elle fait changer notre façon de voir, de penser ?
    Il est en effet important de progresser dans la vie de la grâce, malgré nos limites et nos imperfections. Jésus nous invite à aller à la racine, c’est-à-dire en profondeur, afin de se laisser renouveler par lui. Par exemple, après avoir reçu le sacrement de la réconciliation, il est bien de prendre une bonne résolution et essayer, avec l’aide de Jésus, de la Vierge Marie, de mon ange gardien et des saints de la tenir par amour. Mais si nous retombons, n’oublions pas que Jésus est infiniment miséricordieux et qu’il connaît les intentions du cœur de chacun. Ou alors, après chaque communion que nous recevons, nous ne devons plus être tout à faire les mêmes. Alors laissons-nous travailler sans limite par la Parole du Christ, par son amour, afin que pousse cet arbre magnifique que nous sommes appelés à devenir.
     
  3. Enfin, Jésus choisit de parler à une grande foule qui se rassemble auprès de lui. Cela peut nous amener à penser que, à l’image de Jésus, nous sommes nous aussi des semeurs de sa Parole, de sa Bonne Nouvelle. En effet, le Christ nous envoie semer son amour, sa miséricorde dans notre monde qui est si aride. Ainsi notre témoignage simple et humble sera semé à l’état de graine dans la terre (bonne ou mauvaise) de ceux qui l’entendent. Nous ne devons pas attendre de voir immédiatement les fruits, cela demande de la patience et de l’effacement de nous-mêmes. « Vous avez reçu gratuitement : donner gratuitement. » nous dit Jésus (Mt 10, 8). Pour nous aider à progresser sur cette voie, les saints, nos grands frères dans la foi, sont par excellence ces bonnes terres qui se sont laissé remuer, comblées par la surabondance de la miséricorde du Christ et sont ainsi des semeurs pour l’éternité.
Dialogue avec le Christ

Jésus, je te rends grâce pour ta Parole qui me rapproche de toi. Je désire te ressembler par la vie de la grâce afin d’être un bon semeur de ton amour, là où tu m’attends.

Résolution

Reprendre ou bien améliorer un des bons engrais afin que la terre de mon cœur soit plus riche.

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés