« Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main »

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Jean 3, 31-36

« Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par là que Dieu est vrai. En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »

Prière

Au milieu des divisions, des jalousies et des conflits, me voici devant toi, Seigneur, pour me laisser transformer et habiter par la foi, l’espérance et la charité.

Demande

Seigneur, apprends-moi à croire en toi et à te confier toutes mes préoccupations et mes inquiétudes !

Réflexion

1. « (…) personne ne reçoit son témoignage. »

Cette phrase est forte dans la bouche de Jean le Baptiste envers ses disciples, souffrant sans doute de jalousie envers le Christ et les disciples « de l’autre côté du Jourdain » (Jn 3, 26) plus populaires et attractifs désormais que Jean et ses disciples. Jean leur a bien dit que « lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue » (Jn 3, 30). Il sait bien que son cousin divin vient d’en haut. Il n’hésite pas à dire que « personne ne reçoit son témoignage ». Il n’a pas sa langue dans sa poche. Il en a sans doute fait l’expérience lorsque Jésus venait le visiter à Ain Karem. Il a peut-être sans doute senti un abîme, une dissymétrie que seule la foi pouvait combler. Beaucoup pensent que Jean serait allé se former dans la communauté de Qumram, aux nombreux bains, si attachée à la purification rituelle et externe, avant de se retirer dans le désert et commencer sa mission. Il y serait resté très peu de temps, car il sait bien que la foi n’est pas seulement un acte extérieur mais surtout et essentiellement un acte intérieur de notre volonté d’adhésion totalisante à Dieu.

2. « Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par là que Dieu est vrai. »

Cette affirmation est splendide car elle manifeste dans toute sa vérité le don de la foi. La foi n’est pas entièrement notre acte à nous, mais c’est surtout un acte de Dieu en nous. C’est le témoignage du Fils de son Père qui se fait don en nous. Oui, il faut le recevoir et le protéger. Cependant la foi dépasse toutes nos attentes et nos possibilités humaines. Elle nous sature, elle nous submerge. Jean pouvait prendre tous les bains qu’ils voulaient à Qumram pour se purifier du péché, mais il ne pouvait pas témoigner de Dieu son Père encore. Son cousin lui a révélé le visage du Père, car il vient d’en haut. Jean a reçu le témoignage du Christ, et il nous l’indique, il nous « certifie par là que Dieu est vrai » et il nous dit : « Voici l’agneau de Dieu. » (Jn 1, 36)

3. « Dieu est vrai. »

Quelle est cette vérité de Dieu ? Jean explique la vérité du témoignage du Christ avec une vision de Dieu profondément trinitaire : « Celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. » Comment mieux exprimer cette relation intra-trinitaire d’amour total et de compénétration entre le Père, le Fils et l’Esprit ? La mesure de l’amour de Dieu est sans mesure. Comment entrer dans ce mystère infini ? Il suffit d’y croire pour en faire l’expérience. Jean nous apprend à prendre notre place, face à ce mystère. Nous sommes de simples créatures. Nous ne sommes pas Dieu. Si nous voulons posséder les fruits de notre foi, alors c’est mauvais signe. La foi ne compte pas le nombre de followers et de disciples que je peux former ou attirer. La foi est accueil du témoignage du Fils. Nous pouvons rencontrer le Christ partout : dans nos conflits, nos préoccupations, nos jalousies, le mendiant dans la rue, cet enfant triste et seul. Chaque être témoigne du visage du Père que le Christ est venu nous révéler par son Incarnation. Apprenons à ne pas quantifier notre foi, car elle est un don de la Trinité en nous que nous ne pouvons qu’accueillir simplement dans la pauvreté.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, me voici avec mes divisions, mes obscurités et mes jalousies. J’aimerais briller et attirer l’attention avec ma foi. Purifie mon cœur ! Apprends-moi la vérité de ton témoignage si doux et humble. Oui, viens grandir en moi et apprends-moi à diminuer.

Résolution

Je ferai attention au témoignage du Christ dans mon prochain, les circonstances et les émotions de mon cœur. Dans la soirée, je les écrirai pour en faire mémoire et contempler l’action de Dieu dans ma vie.

Frère Corentin Jarry, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés