« Ces années en France ont été des années de découverte d'un chemin unique qui se tisse chaque jour. »

Soumis par Regnum Christi le lun 06/07/2020 - 09:34

Eugenia Álvarez vient de prendre ses fonctions de supérieure provinciale d'Europe par intérim. Elle adresse cette lettre et ses mots d'adieu à tous ses amis pèlerins de France.

 

Rome, le 29 juin 2020

Solennité de saint Pierre et saint Paul

 

Très chers amis pèlerins de France,

Au début de cette nouvelle étape, j'ai ressenti le besoin de vous écrire pour vous remercier de tout ce que vous m'avez apporté au fil de ces dernières années. J'ai vécu des semaines très intenses, me rappelant tous ces moments et ces rencontres que j'ai vécus dans votre pays, la France ; des rencontres qui m'ont permis de grandir et de découvrir davantage la présence de Dieu en vous et à travers tant de choses que je garde comme un trésor durant cette période. Merci pour tous vos messages, notes, cartes, appels et rencontres de ces derniers jours. J'aimerais beaucoup vous répondre personnellement. J'écris ces lignes en pensant à chacun d'entre vous.

Lorsqu'en 2012, j'ai reçu la proposition de servir en France, j'avoue avoir été très surprise. Que ferait en France une petite vénézuélienne qui ne connaît pas un mot de français ? Notre vocation est internationale, puisque nous avons accepté de suivre Jésus au sein de Regnum Christi et nous savons que nous pouvons être envoyées dans n'importe quel pays. Mais, même en sachant cela, le fait d’être nommée dans un endroit où l’on ne connaît rien de la langue, ni de la culture, représente un grand défi que l'on n'imagine pas au départ. De la surprise, je suis passée à un oui confiant sans imaginer tout ce que j'allais apprendre pendant sept années et demie.

Je peux dire que pendant cette période, j'ai vécu une expérience de pèlerine. Il y a quelques années, lors d'une retraite, nous avions été invités à écrire une parabole du Royaume de Dieu basée sur notre expérience de vie. L'image que j'ai choisie est celle du pèlerin :

« Le Royaume des Cieux est comparable à un pèlerin qui suit un chemin unique. Il marche le jour, se repose la nuit. Il profite du soleil, des couleurs et des paysages que la route lui offre, en gardant des moments inoubliables dans sa mémoire et dans son cœur.

Il résiste à la pluie et il apprend à s'arrêter et à se mettre à l'abri lorsque la tempête frappe. Il découvre quelques compagnons sur son chemin : il sait marcher et s’amuser avec eux ; et il apprend aussi à respecter et à accueillir les différents rythmes.

Il découvre aussi la richesse de marcher seul sur certaines parties de son propre chemin.

Lorsqu'il atteint sa destination, il est rempli de joie et écrit un message aux pèlerins qui viendront après lui : "Courage, suivre son propre chemin en vaut la peine !’’ »

 

« Le Royaume des Cieux est comparable à un pèlerin qui suit un chemin unique. Il marche le jour, se repose la nuit. »

Ces années en France ont été des années de découverte d'un chemin unique qui se tisse chaque jour. Dieu nous accompagne, en respectant notre liberté et nos choix. J'ai fait l'expérience d'un Dieu qui bénit et continue à travailler pendant notre sommeil. Cela m'a permis de mettre beaucoup de cœur dans le quotidien et, en même temps, reconnaître mes limites, me reposer et prendre le temps de reprendre des forces si nécessaire.

 

« Il profite du soleil, des couleurs et des paysages que la route lui offre, en gardant des moments inoubliables dans sa mémoire et dans son cœur. »

J'ai découvert de très beaux endroits. Je pourrais dire qu'en France j'ai trouvé beaucoup d'endroits qui m'ont fait découvrir facilement Dieu et sa douce façon d'agir. Les changements de saisons, les couchers de soleil, la mer, les montagnes et même des détails simples comme les fleurs et les parcs à proximité de chez moi. J'ai également pu visiter et apprécier certaines œuvres humaines qui ont été construites grâce aux efforts créatifs de nombreuses personnes : cathédrales, monuments, musées et parfois même les simples façades des maisons et des bâtiments. Combien de pierres ont été posées au cours des siècles ! Beaucoup de ces paysages et monuments restent gravés dans ma mémoire pour que je puisse en profiter à tout moment.

 

« Il résiste à la pluie et il apprend à s'arrêter et se mettre à l'abri lorsque la tempête frappe. »

Je dois également reconnaître qu'il y a eu des moments de pluie et de tempête. Petites pluies au moment de l'apprentissage de la langue et de l'adaptation à la culture. De grosses tempêtes alors que je continue à découvrir les effets douloureux et tristes de notre histoire institutionnelle au sein de Regnum Christi ou le fait de vivre la sombre situation de mon Venezuela bien-aimé et de ma famille à distance.

Je peux dire que dans cette partie du chemin, je me suis un peu plus réconciliée avec notre histoire. Nous savons tous que ce n'est pas une histoire simple, mais une histoire pleine d'erreurs et d'ambiguïtés. Le temps passé en France m'a permis d'accueillir cette réalité dans ma vie et de croire en la puissance de l'Évangile qui peut accomplir toutes choses nouvelles. J'ai appris que Dieu ne craint pas que les mauvaises herbes et le blé poussent ensemble, mais qu'il veut compter sur nous pour déclencher des dynamismes en harmonie avec l'Évangile au milieu de ces réalités. Je l'ai vu de mes propres yeux et cela m'a profondément émue.

 

« Il découvre quelques compagnons sur son chemin. Il sait marcher et s’amuser avec eux ; et il apprend aussi à respecter et à accueillir les différents rythmes. »

L’une des choses dont je suis le plus reconnaissante pendant cette période, c'est vous. Toutes ces personnes que la vie a mises sur mon chemin. J'ai apprécié de rencontrer chacun d'entre vous et les petites communautés dont je faisais partie : ma communauté de consacrées, ma communauté de Regnum Christi, ma communauté de Sèvres, ma communauté de Manrèse, ma communauté de Saint-Honoré d'Eylau. Dans chacune d'elles, j'ai rencontré des personnes extraordinaires qui cherchent sincèrement Dieu et qui veulent passer leur temps à faire le bien. À tous, une pensée et une prière pour que l'Esprit continue à nous apprendre à vivre dans la liberté des enfants de Dieu.

Je suis particulièrement reconnaissante envers ma communauté de consacrées. J'y ai découvert la valeur de la diversité. Non seulement comme quelque chose qui est toléré, mais comme une richesse qui nous complète. J'ai découvert la diversité comme une force, vous m'avez appris à dépasser mes limites, à apprécier la différence de chacune et à l'accueillir comme un don de Dieu. Je vous suis très reconnaissante de votre confiance et de votre désir de chercher ensemble ce qui est le mieux pour votre vie et pour la communauté.

Dans la communauté Regnum Christi, j'ai redécouvert les légionnaires comme des frères. Merci à chacun pour le don de sa vie et aussi pour avoir accueilli une histoire difficile, cherchant à faire naître quelque chose de nouveau. Dans les laïcs qui appartiennent ou qui sont amis de Regnum Christi, j'ai trouvé des personnes simples et ouvertes qui cherchent sincèrement Dieu. Merci pour votre amitié.

Je suis également reconnaissante envers tant de compagnons de Jésus sur mon chemin, au cours de mes études et des années qui ont suivi. Merci de m'avoir appris le vrai « Sentire cum Ecclesia » dont parlait Ignace. Je me suis toujours sentie très bien accueillie et j'ai pu me plonger dans la source de la spiritualité ignatienne avec une grande liberté. J'ai l'impression que tout cela m'a structurée intérieurement au-delà de ce que je peux percevoir.

Saint-Honoré d’Eylau a été un véritable foyer pour moi. Je suis très reconnaissante de l'accueil réservé à chacun des pèlerins de la paroisse. Je me sens chez moi depuis que j'ai commencé à m'impliquer dans la vie de Saint-Honoré. Je l'ai ressenti comme un lieu d'accueil où nous nous intégrons tous et où il y a de la place pour déployer les dons que Dieu a donnés à chacun en apportant des changements concrets aux situations difficiles et douloureuses de notre monde. Je prie beaucoup pour que ce soit toujours un lieu de foi vivante qui génère un engagement pour faire de notre monde un lieu plus humain et plus accueillant.

En résumé, voici un chant qui exprime ce que vous m'avez permis de voir au cours de ces années.

Au cœur de ce monde, le souffle de l'Esprit fait retentir le cri de la Bonne Nouvelle.

Au cœur de ce monde, le souffle de l'Esprit met à l'œuvre aujourd'hui des énergies nouvelles.

Voyez ! Les pauvres sont heureux ; ils sont premiers dans le Royaume !

Voyez ! Les artisans de paix : ils démolissent leurs frontières !

Voyez ! Les hommes au cœur pur : ils trouvent Dieu en toute chose !

Voyez ! Les affamés de Dieu : ils font régner toute justice !

Voyez ! Les amoureux de Dieu : ils sont amis de tous les hommes !

Voyez ! Ceux qui ont foi en Dieu : ils font que dansent les montagnes !

Voyez ! Le peuple est dans la joie : l'amour l'emporte sur la haine !

Voyez ! Les faibles sont choisis : les orgueilleux n'ont plus de trône !

Voyez ! Les doux qui sont vainqueurs : ils ont la force des colombes !

Merci pour cela !

 

« Il découvre aussi la richesse de marcher seul sur certaines parties de son propre chemin. »

Il y a aussi eu des moments de solitude que j'ai beaucoup appréciés : mes études, mes retraites, mes pèlerinages. En eux, j'ai appris à « goûter » mon identité de fille de Dieu et de sœur des hommes.

Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui ont contribué à ce que je puisse finir le chemin ignacien en Espagne.

 

« Lorsqu'il atteint sa destination, il est rempli de joie et écrit un message aux pèlerins qui viendront après lui : ‘’Courage, suivre son propre chemin vaut la peine !’’ »

Je n'ai pas encore atteint ma destination finale. Mais en France – une terre où tant de saints différents sont nés et ont grandi – j’ai appris que chacun d'entre eux a parcouru un chemin unique. Ce chemin n'est jamais facile, chacun porte en lui des souffrances très profondes qui ne passent pas ou ne sont pas modifiées par un moment « magique » de prière. Le pèlerinage sur cette terre est difficile et la promesse de Dieu indique quelque chose qui vient après cette vie.

Cependant, j'ai pu découvrir qu'en même temps les fardeaux s'allègent quand nous marchons ensemble et qu'il y a des éclairs de cette promesse de Dieu dans de nombreux moments que j'ai vécus pendant ces quelques années en France.

Merci à tous !

Je garderai toujours dans mon cœur tout ce que j'ai vécu et les personnes que j’ai rencontrées.

Je vous embrasse et vous assure de mes prières,

Uge Alvarez