Inauguration d'une nouvelle maison des pèlerins en Terre Sainte, sur les terres de Marie-Madeleine

Soumis par Regnum Christi le jeu 28/11/2019 - 14:43

Migdal, Israël. Le 24 novembre dernier, la maison des pèlerins qui fait partie du projet Magdala a été inaugurée en présence du cardinal Carlos Aguiar Retes, archevêque primat du Mexique, des autorités gouvernementales israéliennes, du Vatican et des représentants de l’Université Anáhuac México qui porte le projet. « Magdala est un lieu de rencontre entre l’histoire juive et chrétienne » a déclaré le P. Juan Solana, LC, directeur du projet, situé sur les rives de la mer de Galilée, dans le nord d’Israël. Le mouvement Regnum Christi bénéficie d’un riche apostolat à Magdala avec la présence de pères légionnaires et d’une communauté de consacrées.

L’ouverture de cette maison pour pèlerins était initialement prévue il y a quelques années. Elle a été retardée en raison de la découverte d'une ville entière du Ier siècle sous son emplacement. Les fouilles ont mis au jour des vestiges du I er siècle de ce que l'on croit être la ville natale de Marie-Madeleine.

Lors de la messe d’inauguration, Mgr Carlos Aguiar Retes, qui présidait la cérémonie, a précisé que pour mieux connaître la vie de Jésus et de ses apôtres il existait maintenant un lieu de pèlerinage qui permettait à chaque croyant de remettre les Évangiles dans leur contexte et « d’aider notre méditation à répondre à l'appel de Jésus à participer sur terre au Royaume de Dieu et atteindre sa plénitude dans la maison du Père ».

Parmi les participants à cet événement figuraient Son Éminence, le cardinal Carlos Aguiar Retes, archevêque du Mexique, Mgr Leopoldo Girelli, nonce apostolique en Israël, Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du patriarcat latin à Jérusalem, le P. Eduardo Robles-Gil, LC, supérieur général de la congrégation des Légionnaires du Christ, le Dr Cipriano Sánchez, LC, recteur de l'Université Anáhuac México, le P. Juan Solana, LC, Nathanial Alfasi, maire de Migdal, Johanna von Siemens, supérieure de la communauté des consacrées de Regnum Christi en Terre Sainte, des personnalités d’Israël et de 23 nationalités différentes, des bienfaiteurs et amis mexicains pour la plupart qui, par leur amitié et leur générosité, ont rendu ce projet possible.

L’archevêque a aussi souligné l’importance de l’inauguration de ce complexe de Magdala et, au cours de la messe, il a prié « pour que le séjour des pèlerins soit très fécond, pour que ceux-ci renforcent leur conviction de transmettre aux nouvelles génération la Bonne Nouvelle, proclamée par Jésus-Christ, précisément dans cette belle région du lac de Galilée. »

De son côté, le P. Juan Solana s’est félicité du nombre de personnes de différentes confessions religieuses présentes lors de cette inauguration et qui, d'une manière ou d'une autre, ont collaboré à ce projet :

« Je sens qu’aujourd’hui la famille de Dieu est présente : chrétiens de différents rites, juifs, musulmans : tous enfants de Dieu sur cette Terre Sainte. »

Il a ajouté que l’inauguration de Magdala ne peut être considérée comme un but « mais comme un préambule essentiel pour aider de nombreuses personnes à découvrir cette terre et, de cette façon, favoriser leur approche de Dieu. Nous voulons que Magdala soit un lieu de rencontre entre les pèlerins eux-mêmes et avec Dieu. »

La maison de pèlerins dispose de 160 chambres, la plupart avec des balcons donnant sur la mer de Galilée ou les ruines de l'ancienne ville de Magdala. De vastes espaces sont consacrés à la prière, à la méditation et à la réflexion, aménagés en collaboration avec la célèbre artiste chilienne María Jesús Fernández et la décoratrice mexicaine Sofía Aspe. Les artistes ont créé des espaces dans le but de relier les visiteurs à la Terre Sainte et à la célèbre ville du Ier siècle, découverte seulement en 2009, intégrée dans la propriété de la maison d’hôtes et même dans le hall. Elle abritera l'Institut Magdalena, projet qui favorise la dignité de la femme, fondé sur les enseignements de la Bible.

Fouilles et découvertes archéologiques remarquables

La construction du projet a donc été suspendue et, en collaboration avec les autorités israéliennes des antiquités (IAA), les propriétaires ont choisi de faire du site une attraction pour les visiteurs et les pèlerins en raison de son importance historique, culturelle et religieuse. Les fouilles qui ont suivi ont permis de découvrir une synagogue du Ier siècle avec d’impressionnantes fresques et mosaïques que les archéologues ont rapidement reconnue comme étant la mieux conservée à ce jour et l’une des sept découvertes au monde de ce siècle. D'autres structures exhumées témoignent de l'existence d'un marché, de maisons, de deux zones de purification avec deux mikvés (bains de purification rituels juifs) alimentés par de l'eau de source – découverte sans précédent jusqu'à nos jours – ainsi que la preuve d'une forte industrie de pêche et un port.

Les fouilles ont aussi permis une découverte importante : l’exhumation d’une pierre décorée qui se trouvait dans la synagogue et qui contiendrait l’une des premières représentations artistiques du second temple de Jérusalem, ainsi que la plus ancienne ménorah sculptée sur pierre. Des pièces de monnaie datant des années 29 à 64 après J.-C. ont également été retrouvées sur le site ce qui, en plus de son emplacement, donne aux pèlerins la preuve irréfutable que c’était un endroit où Jésus prêchait et où il a peut-être rencontré certains pêcheurs, devenus ses premiers disciples.

Les liens de cette ville avec Marie-Madeleine sont reconnus depuis la nuit des temps et, même si les premières fouilles n’ont pas encore révélé de preuves directes, les archéologues ont recueilli des témoignages des premiers pèlerins en Terre Sainte, qui associe Marie-Madeleine à Magdala.

Marcela Zapata-Meza, archéologue de l’Université Anáhuac, précise : « Les sources écrites des premiers pèlerins des quatrième et cinquième siècles considèrent cet établissement comme un lieu de vénération de Marie-Madeleine. L’un de ces témoignages est celui de San Epifanio, du Ve siècle, qui écrivait : ’’ De l’autre côté, il y a une église qui abrite la maison de Magdalena, au lieu-dit Magdala. Avant que le Seigneur la guérisse.’’ »

Un nouveau lieu de pèlerinage en Terre Sainte

Magdala a ouvert ses portes pour la première fois en 2014 et est immédiatement devenue un important lieu de visite et de pèlerinage dans le nord de l'Israël. Elle est reconnue comme l'un des sites les plus importants de la région pour sa richesse archéologique. C’est pour cette raison qu’en 2018 elle a atteint le prestige d'être nommée parmi les 25 attractions les plus en vue au Moyen-Orient et parmi les cinq les plus populaires en Israël par le célèbre site de qualification TripAdvisor, qui lui a également valu le Traveler's Choice Awards de cette même année.

Le projet Magdala s’enrichit désormais d’un atout majeur afin d’encourager les visites dans ce lieu, après l’ouverture de son centre d’hébergement pour pèlerins le 24 novembre dernier lors de la solennité du Christ-Roi, soulignant l'importance chrétienne de cette célébration.

 

Téléchargez la brochure

 

Photos :

de Magdala en général : https://1drv.ms/u/s!Al06Q1Z9-EpqgcEsNjaHQ1fLPO2-gw?e=KLDbRb

de l’inauguration : https://1drv.ms/u/s!Al06Q1Z9-EpqgcFPVgYG6tHzGQMWOQ?e=3cqfdg

 

Pour plus d’informations :

International

David Delgado

Directeur marketing & développement

Tél. : + 972 50 944 4035

Email : ddelgado@magdala.org

www.magdala.org

 

Mexique et France

Ana Paula Morales Martínez

Directrice exécutive Terra Sancta México

Tél. : +52 (045) 722 594 6320

Email: apmorales@terrasanctamexico.org

www.terrasanctamexico.org

 

 

Magdala3.39 Mo