Heureux êtes-vous !

Vendredi, 27 novembre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 21, 29-33

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : « Voyez le figuier et tous les autres arbres. Regardez-les : dès qu’ils bourgeonnent, vous savez que l’été est tout proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas sans que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »

Prière

Bonjour Seigneur Jésus ! Je veux prendre quelques minutes pour me mettre à ton écoute. Tu connais mon cœur. Tu sais ce qui le préoccupe. Tu connais mes douleurs. Je t’apporte tout cela dans ma prière afin de m’ouvrir à ta voix douce et consolatrice.

Demande

Seigneur Jésus, ravive en moi ton espérance !

Réflexion
  1. « En ce temps-là (…) »
    Quel était « ce temps-là » ? C’était le temps de la dernière semaine de Jésus avec ses disciples. La Passion et la croix étaient trop proches pour ne pas y penser. Alors, profitant de ces derniers jours pour laisser des instructions à ses disciples, Jésus leur annonce que de grandes persécutions les attendent. Non seulement des persécutions mais ils devront aussi faire face à des calamités et à des événements terribles. Pourquoi une telle prophétie ? Veut-il les traumatiser ? Loin de cela ! Il veut plutôt leur laisser la consolation de sa Parole, afin qu’elle soit pour eux une lumière et un soutien au milieu de l’obscurité et de la tempête.
     
  2. « Voyez le figuier (…) »
    En théorie, nous le savons : après l’hiver vient le printemps, puis l’été. Mais lorsque l’hiver se fait interminable, ce passage des saisons semble trop lointain pour nous affecter. Nous n’arrivons plus à voir comment la situation qui nous accable pourrait s’alléger, du moins se transformer. Alors le Christ nous invite à lever les yeux et à reconnaître les signes de sa venue. Regardez les arbres : voyez les bourgeons ! Ces petites pousses croissent déjà sous l’influence de la chaleur et de la lumière, même si nous ne percevons pas encore l’arrivée de la belle saison. Ils témoignent ainsi d’une réalité déjà présente, même si elle n’est pas encore pleinement arrivée.
     
  3. « Lorsque vous verrez arriver cela (…) »
    Quels sont donc ces bourgeons, ces signes au milieu de l’obscurité qui annoncent l’arrivée de la libération ? Ce sont justement ces calamités, ces événement terrifiants, ces persécutions que Jésus vient d’annoncer à ses disciples. Ce sont précisément ces difficultés qui veulent nous écraser qui sont signes de la proximité du Christ et de sa libération. Pouvons-nous y discerner un écho des Béatitudes ? « Heureux êtes-vous qui pleurez maintenant […] Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent […] à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie ! » (Lc 6, 21-23)
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, ta Parole me pénètre et me provoque. Je sens que le plus logique et le plus facile serait de me laisser abattre par les difficultés ou de vouloir les éloigner le plus possible de ma vie. Mais ta Parole m’invite à reconnaître dans ces souffrances les prémices de ton Royaume. Dois-je donc me réjouir même au milieu des calamités ?
Seigneur, je veux suivre ta Parole. Accorde-moi seulement la force de la mettre en pratique !

Résolution

Aujourd’hui, remercier Dieu pour une souffrance qu’il permet dans ma vie, reconnaissant que cette difficulté est un signe de la proximité du Christ.

Frère André Blanchette, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés