Guérison de deux aveugles

Vendredi, 4 décembre 2020

Couleur liturgique : violet

Évangile selon saint Matthieu 9, 27-31

En ce temps-là, Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! » Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. » Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi ! » Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! que personne ne le sache ! » Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.

Prière

Que toutes les difficultés actuelles ne nous empêchent pas de te rencontrer dans la prière, dans l’Eucharistie – tout au moins spirituellement – dans les offices liturgiques. Que ce ne soit pas des obstacles mais, au contraire, que cela me permette d’approfondir mon union à toi. Seigneur, je t’offre les efforts que je dois faire pour être fidèle aux temps de présence avec toi : présence active, présence par la prière, présence dans la foi et l’espérance : présence médiatrice au milieu des autres et que tu me demanderas.

Demande

Seigneur Jésus, toi qui as pouvoir sur tout, accorde-moi la grâce de ne pas me laisser abattre par ce qui nous est donné de vivre ces temps-ci : que tous les commentaires n’abattent ni mon espérance ni ma foi en toi.

Réflexion
  1. « Jésus était en route ; deux aveugles le suivirent (...) »
    Face à cet homme qui vient de guérir une femme souffrant de pertes de sang depuis douze ans et qui a ressuscité la petite fille du chef des gardes autour de lui, deux aveugles se mirent à le suivre en l’implorant pour qu’il les guérisse aussi.
     
  2. « Croyez-vous que je peux faire cela ? »
    Jésus veut qu’ils approfondissent leur foi et la certitude qui les encourage à demander cette délivrance. Eux, tous les deux, savaient que celui auquel ils s’adressaient était un descendant de David : c’était une personnalité reconnue au milieu de tous et, donc, il avait sûrement de grands pouvoirs. Jésus les laisse aller jusqu’à la maison. Il les écoute et répond alors à leur foi : touchant leurs yeux, il satisfait leur demande.
     
  3. « Leurs yeux s’ouvrirent (…) »
    Ce jour-là, après cette rencontre, loin de la fête dans la maison du chef, le silence s’étant établi, Jésus leur laisse le temps de méditer sur ce qui leur est arrivé et leur recommande de ne rien dire à personne.
    Chez eux aussi, comme pour les disciples d’Emmaüs, leur cœur était tout brûlant (cf. Lc 24, 31-33). Pour moi, devant un tel miracle, alors que l’identité du Seigneur se dévoile à mes yeux, quelle serait mon attitude ? Le Seigneur leur demande de ne rien dire à personne. Et moi, si j’étais dans cette situation, quelle serait mon attitude ? Obéissance absolue, obéissance mitigée ? Il est évident que mon aveuglement est fortement lié à la faute des origines qui nous a rendus incapables de reconnaître le bien qui vient de notre Créateur. Il nous est impossible de voir sans erreur où se trouvent le bien et le mal et, de plus, pécheurs, nous sommes loin d’être immédiatement attirés par le seul bien. Il est évident qu’il y a toujours une montagne d’obstacles d’égoïsme à dépasser.
    Je sais que Jésus est venu nous ouvrir les yeux et, par l’exemple qu’il nous a laissé, il nous engage à le suivre. Par sa vie et par ses paroles, il nous rend la vie et la vue. Sa miséricorde est la seule source de grâce de salut. Mais là, il nous faut une foi inébranlable. Lui seul peut nous rendre la vue !
Dialogue avec le Christ

En ce temps de l’Avent, ma prière s’élève auprès de toi. Pour que je puisse demeurer en toi, il est absolument nécessaire que tu demeures en moi. Illumine mon cœur, efface les ténèbres qui me cachent ton visage. Que je sache reconnaître les grâces que tu m’accordes et que je demande pardon pour toutes celles que je n’accueille pas. Fais de moi une créature nouvelle pour que, une fois unie à toi, ton Esprit me permette de te rester fidèle.

Résolution

Prier pour que le Seigneur augmente ma foi et m’accorde la grâce de conversion dont j’ai besoin.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés