Enseignement sur le pur et l’impur

Mercredi 13 février 2019

Évangile selon saint Marc 7, 14-23

En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. » Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole. Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.

Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

Dans la première partie du chapitre 7 de l’Évangile de Marc, Jésus s’adresse aux pharisiens qui regardent les autres, ceux qui ne font pas partie du peuple et qui les considèrent comme des « impurs ». La seconde partie du chapitre permet d’entendre et de comprendre les vérités que Jésus est venu annoncer de la part de Dieu qui l’a envoyé : la Bonne Nouvelle est aussi pour les païens qui sont aussi appelés à partager l’amour du Créateur. Ceux qui désirent faire partie des « sauvés » doivent veiller à la pureté de leur cœur, pureté de leurs pensées, de leurs intentions, de leurs actions, pureté de tout ce qui constitue leur vie matérielle et spirituelle, instant après instant. C’est ainsi que ces personnes seront des « justes » selon le cœur de Dieu.

Demande

Seigneur, que de tout mon être je cherche à vivre selon tes principes de charité, de disponibilité pour aider mon prochain dans les moindres détails, sans oublier que la charité est discrète, ne fanfaronne pas et vit chaque minute sous ton regard et avec la grâce que tu me donnes à chaque instant là où je me trouve, que ce soit facile ou difficile à vivre.

Réflexion

1. « Appelant de nouveau la foule (…) »

Selon ceux auxquels il s’adresse – la foule, les pharisiens ou ses disciples – Jésus différencie son enseignement. Aux premiers, il parle souvent en termes généraux, alors que son discours aux pharisiens sera plus général mais en termes clairs et sans équivoque. Ses disciples, pour leur part, ont droit à un enseignement clair et précis, mais le ton sur lequel il leur prononce les mots est plein d’amour et de simplicité, sans perdre son caractère d’autorité magistrale.

Aux pharisiens qui venaient de lui reprocher le comportement de ses disciples qui « prennent leurs repas avec des mains impures » (Mc 7, 5) il parle de façon à être entendu et compris de tous. Son enseignement portera sur le pur et l’impur.

2. « Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient (…) »

Comme très souvent, le discours de Jésus contient les mêmes vérités et les mêmes enseignements qui décrivent le comportement de ceux qui veulent rester fidèles à la loi juive. Il va donner quelques renseignements sur ce qui est pur – qui concerne et touche la source de la vie que l’être humain a reçue du Créateur – et tout ce qui est impur, qui touche à la mort et nous sépare de notre Père. Ce que la Loi de Moïse décrivait comme impur séparait l’homme de Dieu : par exemple la lèpre qui frappe l’être humain ainsi que tout type de moisissure ou salpêtre parasitant les murs des maisons ou des édifices et qui, les rendant impurs, en interdisaient la fréquentation. C’est cette fuite de l’impureté que l’on retrouve dans le comportement du prêtre et du lévite passant sans s’approcher pour ne pas être contaminés par le sang de l’homme laissé pour mort par les bandits qui l’avaient agressé (Cf. Lc 10, 29-37).

3. « Il leur dit encore (…) »

Et là Jésus explique de façon plus claire encore que tout ce qui souille l’homme n’est pas ce qui est écrit dans la loi, mais c’est ce qui sort du cœur l’homme. Ce qui pénètre de l’extérieur dans le cœur de l’homme ne peut pas le souiller, mais jalousie, emportement, médisance, désir de vengeance, c’est de l’intérieur du cœur de l’homme que sortent des projets pervers.

Telles sont les paroles de Jésus dans ce passage d’Évangile reprenant la prophétie d’Isaïe sur le même thème qui disait : « Parce que ce peuple s’approche de moi en me glorifiant de la bouche et des lèvres, alors que son cœur est loin de moi (…) » (Is 29, 13) De même, ce prophète avait-il déjà indiqué les conditions pour que la pratique des sacrifices soit agréable à Dieu : « Que m’importe le nombre de vos sacrifices ? (…) Quand vous étendez les mains, je détourne les yeux. Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas : vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve. » (Is 1, 11.15-17)

Le culte rendu à Dieu ne peut pas être vrai s’il néglige la charité, la veuve et l’orphelin mais aussi tous ceux dont nous partageons le temps et la civilisation et qui se sentent, souvent à juste titre, humiliés et incompris, laissés pour compte. « (…) Celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. » (1 Jn 4, 20)

Dialogue avec le Christ

En ces mois de difficultés pour les personnes sans abri, pour ceux qui sont isolés et loin de leur famille ou qui traversent des moments obscurs et difficiles, cet Évangile doit m’encourager à entrer en contact avec ceux que je rencontrerai soit directement, soit indirectement par lettre ou autre échange de soutien et d’affection.

Notre civilisation actuelle est soumise à un rythme de changements rapides et profonds. Seigneur apprends-moi à dépasser la « vie facile » que propose la société de consommation pour partager avec ceux qui ont moins de disponibilités que moi.

Résolution

Chercher les occasions de rencontre et de service auprès des plus seuls et établir si possible un suivi.

Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés