« Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? »

Samedi, 14 novembre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 18, 1-8

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit :
“Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Prière

Reprendre le chant suivant :
En toi, j’ai mis ma confiance,
Ô Dieu très Saint,
Toi seul es mon espérance
Et mon soutien ;
C’est pourquoi je ne crains rien,
J’ai foi en toi, ô Dieu très saint.
C’est pourquoi je ne crains rien,
J’ai foi en toi, ô Dieu très saint.

Demande

Seigneur Jésus, aide-moi à faire davantage confiance en ta bonté.

Réflexion
  1. Lorsque nous cherchons à décrire ou définir quelque chose, il y a deux façons de procéder : soit une définition par la négative en disant ce que le sujet n’est pas, soit une définition par l’affirmative en décrivant le sujet par ses qualités, ses attributs, etc.
    Dans l’Évangile d’aujourd’hui, Jésus veut nous aider à mieux connaître le Père en donnant une définition par la négative. Dieu n’est pas un juge inique qui ne pense pas au bien des autres et ne pense qu’à lui. Si c’est le cas, Jésus nous invite donc à voir en Dieu le Père le contraire. Il est un Dieu qui est amour et miséricorde et qui cherche vraiment mon bien. « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? »
     
  2. Pour le chrétien, cela peut presque sembler évident comme affirmation. Mais est-ce aussi simple que cela ? Dans les moments d’épreuves, de difficultés, de souffrance n’avons-nous pas la tentation d’en vouloir un peu au Seigneur d’avoir permis ceci ou cela dans notre vie ? C’est une réaction très humaine de chercher le coupable de nos malheurs. Jésus, à travers le personnage de cette veuve, nous invite à voir Dieu non pas comme notre adversaire dans l’épreuve mais comme notre allié. Dieu n’est pas contre nous, il est avec nous. Il veut nous aider à traverser les souffrances et les difficultés de notre vie. Nous pouvons donc faire nôtre la supplication de la veuve : « Seigneur, viens à mon aide ! « Rends-moi justice contre mon adversaire. »
     
  3. Quelle aide pouvons-nous espérer du Seigneur ? Nous voudrions parfois une solution magique à nos problèmes. Nous attendons que Dieu claque des doigts et fasse disparaître notre épreuve. Dieu peut bien évidemment faire des miracles. Il est tout-puissant. Mais nous voyons aussi dans l’Évangile que Jésus n’opère pas de miracles pour tout le monde. Il accomplissait surtout des miracles lorsque cela servait de signe pour l’avènement de son Royaume. Même s’il ne réalise pas toujours des miracles, il est certain que Jésus ne manquera jamais de nous accompagner dans nos épreuves et nous donner la force et la grâce nécessaires pour les traverser.
    Encore faut-il croire en lui et lui faire confiance ! Sans notre foi et notre confiance en lui, nous pouvons passer à côté de son aide ou même l’empêcher d’agir auprès de nous. Nous entendons de manière claire et fort son appel à mettre notre confiance en lui dans l’Évangile de ce jour par cette question percutante qu’il nous adresse : « Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je crois que tu es un Dieu de tendresse et de miséricorde qui cherche vraiment mon bien. Je te rends grâce pour tous tes bienfaits à mon égard. Je remets entre tes mains aujourd’hui mes difficultés et mes souffrances en sachant que tu es attentif à mon cri. Seigneur, si ce n’est pas ta volonté que l’épreuve me quitte, donne-moi le doux réconfort de ta présence et de ton soutien pour affronter la tempête. J’ai foi et confiance en toi, Seigneur !

Résolution

Pour ne me pas me renfermer dans mes difficultés, je prendrai un moment aujourd’hui pour intercéder auprès du Seigneur pour quelqu’un que je connais et qui traverse une épreuve.

Père Richard Tardiff, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés