Dieu et la Science

Soumis par Regnum Christi le mar 07/08/2018 - 15:13
par le P. Raymond Jubinville, LC
Au sein des établissements scolaires catholiques, de nombreux enfants et adolescents se posent des questions sur les apparentes contradictions entre science et foi, entre ce qu’on leur enseigne dans les matières scientifiques et ce qu’on leur enseigne en catéchèse. « Est-ce Dieu ou le Big Bang qui a créé l’univers ? » « Qui a créé l’homme ? Dieu ou l’évolution ? » « Adam et Ève ont-ils réellement existé ? » « Sommes-nous créés à l’image de Dieu, ou descendons-nous des singes ? »

La science – peut-elle tout expliquer ?

De telles questions touchent les fondements de la vie humaine et les réponses que l’on y apporte forgent, dans l’esprit de l’enfant, sa vision du monde, ainsi que sa conception de l’identité et de la valeur de l’être humain. Les jeunes ont donc besoin de réponses à leurs questions. Mais où trouvent-ils les réponses ? Puisqu’ils baignent dans la société actuelle, ils sont souvent confrontés à l’idée que la science peut tout expliquer, sans aucune référence à Dieu et, en contrepartie, on leur fait souvent croire que ce qui n’est pas scientifique n’est pas crédible. La culture actuelle absolutise la valeur de la connaissance scientifique et met en doute les autres formes de connaissance, donnant à croire que seule la méthode scientifique peut nous révéler la vérité. D’autres méthodes de recherche de la vérité, telles que la théologie et la philosophie, ne sont pas prises au sérieux.

La création – mythe ou réalité ?

Dans une telle ambiance culturelle, il n’est pas évident d’expliquer la valeur et le sens des deux récits de la création qui se trouvent au début du livre de la Genèse. Face aux questions sur les apparentes contradictions entre ces récits et les explications que les élèves reçoivent dans les matières scientifiques à l’école, les catéchistes et les parents sont souvent pris au dépourvu. Peu d’adultes ont reçu la formation nécessaire pour répondre à de telles questions. En conséquence, n’ayant pas des réponses adéquates, les élèves pensent souvent que la foi et la science sont en opposition, et qu’il faut donc opter pour l’un des deux. « Tu crois en Dieu ?!? », disait récemment une lycéenne à sa camarade de classe, « Eh bien, moi je crois dans la science. »

Il n’est pas rare que les élèves, à qui l’Éducation Nationale présente les textes fondateurs de la Bible côte à côte avec les mythologies anciennes de l’Égypte, la Grèce et l’Empire romain, arrivent à la conclusion que les récits de la Bible ne sont rien de plus que des mythes. Comme les récits de Zeus, d’Athéna ou des autres dieux de l’Olympe, les récits bibliques sur la création ou sur les miracles de Jésus seraient intéressants à étudier, mais on ne peut plus y croire. Suivant l’idéologie d’Auguste Comte, ils pensent que l’humanité est passée de l’état religieux à l’état scientifique… et que cela est un vrai progrès. Peu nombreux sont les élèves qui, après un tel parcours pédagogique, arrivent au lycée, convaincus que la foi chrétienne nous enseigne la vérité sur Dieu, sur l’homme et sur la création. Pour la majorité, la foi en un Dieu créateur est un mythe du passé qui a été dépassé par la science moderne.

Science et foi – une contradiction ?

En conséquence, beaucoup pensent que science et foi sont incompatibles. Cela explique cette réaction de lycéens en cours de physique, lorsqu’ils ont récemment découvert que leur professeur était une chrétienne convaincue : « Vous, qui êtes scientifique, vous croyez en Dieu ?!? Mais comment est-ce possible ? »

Pour surmonter les apparentes contradictions entre science et foi, il faut d’abord reconnaître qu’elles ne fonctionnent pas sur un même niveau : elles n’ont pas les mêmes méthodes ni les mêmes finalités. Cela pourrait rendre le dialogue entre les deux très difficile, mais, heureusement, toutes les deux se servent de la raison humaine pour avancer dans leurs connaissances. La raison humaine – et notamment une philosophie réaliste – peut donc servir comme une sorte d’interprète dans le dialogue entre science et foi.

La recherche de la vérité

En prenant du recul, nous pouvons voir que ces trois méthodes (science, foi et raison) recherchent la vérité sur l’homme et sur le monde. En revanche, elles le font très différemment. Prenons une analogie pour mieux comprendre les différences dans la manière d’étudier un même thème. Disons que deux amis, Siegfried et Foucaud, découvrent une nouvelle éruption volcanique dans l’océan. Ils prennent un zodiac et s’approchent du volcan marin. C’est un spectacle impressionnant. Le magma jaillissant dans l’air retombe dans l’eau, la faisant bouillir et dégager des vapeurs, tout en créant, peu à peu, une nouvelle île. Ils contemplent le spectacle, entendent les bruits, ressentent la chaleur et sentent les odeurs. Voulant « capturer » ce spectacle afin de l’analyser en détail et le faire découvrir à d’autres, Siegfried sort son appareil photo et prend des centaines de photos. Foucaud, pour sa part, sort un microphone et un magnétophone de qualité pour « capturer » les bruits de cette éruption. Le soir, lorsqu’ils rentrent chez eux, Siegfried montre ses photos à Foucaud… qui est impressionné par leur qualité. Mais lorsqu’il veut, à son tour, faire écouter son enregistrement sonore à Siegfried, celui-ci refuse, disant que c’est inutile, car « mon appareil photo est super précis, il est de 50 mégapixels, il capte tout. Ton appareil ne peut rien me montrer de plus ! » Foucaud, de son coté, branche tout de même son enregistrement et dit, triomphalement : « Tu n’entends pas ces bruits impressionnants ? C’est comme si nous étions encore là, à côté de l’éruption ! Tes photos ne servent à rien ! »

Comprendre – avec la Bible et la science

Si chacun affirme la supériorité de son domaine, il se prive de ce que l’autre peut y apporter. Même si l’appareil photo de Siegfried pouvait recueillir tout ce que l’on peut voir, il ne capterait pas toute la réalité : les sons, la chaleur, les odeurs, le toucher. Il se limite à l’image qui est transmise par la lumière. Il en est de même avec la méthode scientifique. Même si elle peut être très précise dans ses analyses, elle se limite, volontairement, à la matière et à l’énergie qui peuvent être mesurées mathématiquement. Ce n’est qu’un aspect de la réalité. La réalité est beaucoup plus riche que cela. Comme le son diffère de l’image, ce que la foi chrétienne nous enseigne diffère des connaissances scientifiques. En conséquence, on ne doit pas lire la Bible comme un livre scientifique. En nous révélant des vérités importantes sur la création de l’univers et sur la création de l’homme, Dieu n’avait pas pour but de nous enseigner comment, scientifiquement, il a créé tout ce qui existe. Il voulait nous enseigner des vérités beaucoup plus importantes pour notre vie quotidienne. Entre autres, il cherchait à nous faire comprendre qui nous sommes, pourquoi le mal moral existe et comment en être libérés pour devenir enfants de Dieu et jouir de la vie éternelle.

Les connaissances scientifiques et les connaissances théologiques sont aussi différentes que la lumière et le son… mais elles peuvent toutes les deux nous aider à mieux nous comprendre nous-mêmes et le monde qui nous entoure. Dans un prochain article, nous aborderons un thème plus concret : comment répondre aux questions sur le début de l’univers, tel qu’il est décrit par la science et par la Bible.