« Confiance ! Ta foi t’a sauvée ! »

Lundi 9 juillet 2018
Saint Augustin Zhao Rong, prêtre, et ses compagnons, martyrs

Évangile selon saint Matthieu 9, 18-26

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean le Baptiste, voilà qu’un notable s’approcha. Il se prosternait devant lui en disant : « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. » Jésus se leva et le suivit, ainsi que ses disciples. Et voici qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Jésus se retourna et, la voyant, lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et, à l’heure même, la femme fut sauvée. Jésus, arrivé à la maison du notable, vit les joueurs de flûte et la foule qui s’agitait bruyamment. Il dit alors : « Retirez-vous. La jeune fille n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Quand la foule fut mise dehors, il entra, lui saisit la main, et la jeune fille se leva. Et la nouvelle se répandit dans toute la région.

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

En ce temps d’été, où l’on a moins d’urgence pour faire ceci ou cela, je prends le temps de prier, de contempler le Christ, vrai Dieu et vrai homme, et je me remplis de confiance par la sérénité qu’il me transmet et par son amour tout-puissant.

Demande

Devant les urgences et les besoins de chaque personne, si nombreux, je te contemple, Seigneur, et je veux apprendre à vivre dans ta confiance, sûr que ton amour m’accompagne et me conduit dans tout ce que je dois faire.

Réflexion

1. Le Seigneur est mis devant l’urgence d’aider une jeune fille face à la mort, quand il est interrompu par une femme malade.

Qu’est-ce qui est le plus urgent, Seigneur ? Que faire quand il faut donner de la tête partout ? Quand tout ce que l’on me demande semble urgent ? Quand je vois autour de moi tant de besoins ? Accorde-moi la grâce de te voir dans cette situation difficile, mais pourtant pleine de sérénité. Je te confie tous mes sentiments, toutes mes tensions, tous mes tiraillements. Je veux apprendre de toi à vivre, à avoir confiance, à aimer. Qu’as-tu fait dans cette situation, Seigneur ? (Dans le silence de la contemplation, je vois ce que Jésus fait, comment il réagit, comment il répond).

2. Jésus apprécie notre foi et la rend féconde.

Jésus n’est pas indifférent à la force de la foi de cette femme. Il le sait, il le sent. Il y a eu quelque chose de différent. Une grâce est sortie de lui et c’est la confiance, la foi de cette femme qui l’a obtenue. Dieu apprécie notre foi, il encourage notre confiance, et il la bénit par des fruits concrets. Augmente en nous la foi, Seigneur. Je veux te plaire par ma confiance. C’est ce que je peux t’offrir et je sais que tu l’apprécies tant.

3. Le qu’en dira-t-on

Jésus est en plein milieu du qu’en dira-t-on, de la moquerie des gens. Tous le tournent en ridicule car la jeune fille est morte. Au milieu de la souffrance, la méchanceté a encore la force de se moquer, de ridiculiser, de critiquer... Jésus passe au milieu de tout cela ; en silence. Il continue, pour elle (pour cette jeune fille), pour lui (pour son papa qui lui a demandé de l’aide) ; pour eux (qui critiquent et ne croient pas). Le Christ continue, car c’est lui, le chemin, la vérité et la vie. Il continue car il porte la rédemption pour tous.

4. « La jeune fille n’est pas morte ; elle dort. »

La jeune fille est vraiment morte et Jésus l’a ressuscitée. Jésus la prend par la main et elle se remet debout. Seigneur, si tu es à mes côtés, je peux moi aussi me relever. Seigneur, si tu ressuscites les morts, je n’aurais plus peur.

Seigneur, si mourir c’est seulement dormir, j’ai pleine confiance que ta vie est meilleure. Je peux mourir à moi-même pour vivre de ta vie. Je peux vivre uni à ceux qui vivent déjà dans la vie éternelle, je peux vivre de ta vie éternelle dès aujourd’hui.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, augmente en moi la confiance, la confiance qui te plaît, la confiance qui est une foi inébranlable est la puissance de ton amour. Augmente en moi la confiance, par ta grâce ; mais aussi en te voyant, en t’imitant. Te contempler, c’est aussi me transformer.

Résolution

Chanter ce vieux cantique : « Joie parfaite au cœur de Dieu» et me fortifier des paroles de vérités qui y sont contenues. Vivre la journée, joyeux et sûr dans la foi.

Céline Cochin, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés