« Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi »

Mardi, 8 décembre 2020

Couleur liturgique : blanc

Évangile selon saint Luc 1, 26-38

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Prière

Mon Seigneur et mon Dieu, ouvre mes oreilles pour entendre ta Parole, ouvre mes yeux pour voir ton œuvre. Je suis heureux de venir aujourd’hui me nourrir de ta Parole et me rapprocher de toi.

Demande

Viens vivre en mon cœur, Seigneur, viens combler les désirs de mon cœur !

Réflexion
  1. « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
    Aujourd’hui nous fêtons l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Dieu a préparé Marie pour devenir la mère de son Fils en faisant qu’elle naisse sans le péché originel. Elle a donc été sauvée, avant sa naissance, de cette blessure originelle qui, depuis Adam et Ève, sépare l’homme de Dieu. Mais cette fête a-t-elle quelque chose à dire aux pauvres pécheurs que nous sommes, nés avec le péché originel qui dévie les désirs de notre cœur ? La Vierge Marie est l’image de la vie du chrétien : par notre baptême, nous sommes devenus nous aussi immaculés, sauvés du péché. Chez nous aussi l’amitié et l’intimité avec Dieu ont été restaurés, le « non » d’Adam a été vaincu par le « oui » du Christ.
     
  2. « Il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
    Le Christ règne lorsque s’accomplit son désir d’être définitivement uni à sa créature. Nous sommes les seuls qui puissions, avec notre liberté, mettre un obstacle à ce règne du Christ en nous. Mais, si Dieu a restauré sa présence en nos âmes, s’il nous a insérés de nouveau dans sa vie divine, pourquoi sentons-nous encore, après notre baptême, la tentation de mettre Dieu hors de notre vie, de vivre dans la facilité, l’égoïsme et la domination, et non selon l’Évangile ? Pourquoi nous est-il si naturel d’être superficiel et indifférent ? Pourquoi connaissons-nous encore les conséquences du péché originel telles que la souffrance, la maladie, la mort, les faiblesses de caractère, l’inclinaison au mal ?
     
  3. Par les conséquences du péché qui persistent dans notre vie, Dieu nous invite au « combat spirituel ». Elles sont le lieu où nous donnons notre « oui » à Dieu où, avec le Christ sur la croix, nous disons « non » au péché et à la séparation de Dieu, à l’égoïsme, l’orgueil, la violence. Le Christ a vaincu le mal, mais il ne veut pas dire « non » au mal à notre place, il nous laisse participer avec lui à sa Passion. Il nous invite, avec lui, à dire « oui » à Dieu et « non » au mal, que ce soit au milieu de la tentation, de l’humiliation, de la souffrance innocente ou de l’injustice. La Vierge Marie, l’Immaculée Conception, était au pied de la croix de son Fils. Là où le mal et la souffrance se déchaînent, Marie, simplement, continue d’aimer.
Dialogue avec le Christ

Mon Dieu, aide-moi à valoriser ta présence en moi. Je ne veux pas négliger le trésor qui donne sens à ma vie, je veux vivre de ton amour. Quand viennent les épreuves, donne-moi ta force pour continuer de dire « oui » à ton œuvre en moi.

Résolution

Offrir une souffrance ou une tentation pour tous ceux qui ne connaissent pas l’amour de Dieu et vivent séparés de la source de la vie.

Frère Melchior Poisson, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés