Aimer ses ennemis

Samedi 16 mars 2019

Évangile selon saint Matthieu 5, 43-48

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

Écouter cette méditation

Télécharger le fichier audio
Prière

Seigneur, je te remercie d’être venu parmi nous. En devenant un homme, tu as élevé notre nature. Tu as fait de tous les baptisés des fils de Dieu. Aide-nous à être dignes de cet honneur que nous avons reçu. Aide-nous à vivre selon la perfection de l’Évangile.

Demande

Un cœur débordant d’amour.

Réflexion

1. Toute famille a ses traditions, ses manières de faire les choses, ses différentes règles. Jésus est venu inviter les hommes à faire partie de la famille divine. En devenant membre de cette famille, les chrétiens doivent donc vivre avec un nouveau « code de conduite ». Ce passage de l’Évangile de Matthieu nous donne une des règles de ce « code de conduite », une de ces règles qui caractérise presque essentiellement cette manière de vivre des chrétiens. La perfection de la charité, de l’amour n’est pas seulement d’aimer ceux qui nous aiment, mais d’aimer ceux qui nous veulent du mal, d’aimer nos ennemis.

2. Jésus lui-même s’est montré un exemple de cette nouvelle façon de vivre l’amour entre les hommes. À la fin de sa vie, Jésus subit la grave injustice de se voir condamner à mort et de se faire traiter de la façon la plus brutale et la plus violente. Et pourtant, au cours de la crucifixion, il ne maudit pas ceux qui lui font subir cette injustice. Au contraire, il prie pour eux : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Pendant tout son ministère public, Jésus avait eu des mots très durs envers ces Pharisiens et ces prêtres. Il avait dénoncé leur hypocrisie et le détournement de la Loi à leur propre profit. Quelle relation avait donc Jésus avec eux ?

3. Le véritable amour envers les autres n’est pas de leur dire ce qui leur fait plaisir, surtout quand la vérité et la justice sont en jeu. En leur parlant ainsi, Jésus voulait leur faire prendre conscience de l’erreur et de l’injustice dans laquelle ils vivaient. Il voulait les aider à convertir leur cœur. Mais ils n’ont pas écouté Jésus. Et devant cette opposition, il ne reste plus à Jésus qu’à souffrir avec patience et prier pour eux. Rester fidèle à la vérité, quitte à déranger ceux qui vivent dans le mensonge, est parfois le meilleur acte d’amour que nous puissions faire. Ce ne sont pas les personnes que nous condamnons, mais ce qu’elles font de mauvais. Et en agissant ainsi c’est leur vrai bien que nous recherchons. Et parfois c’est nous qui allons en payer le prix. C’est cela aussi : aimer ses ennemis.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu sais que ce que tu nous demandes n’est pas facile. Qui peut aimer ses ennemis ? Mais toi, tu nous as montré l’exemple. Reste avec nous, Seigneur. Avec toi, tout est possible. Emplis mon cœur d’amour et de miséricorde. Que je puisse, moi aussi, vivre l’amour que tu es venu nous donner.

Résolution

Faire une prière pour les personnes avec lesquelles nous nous entendons moins bien.

Père Jean-Marie Fornerod, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés