« Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix ! »

Jeudi, 19 novembre 2020

Couleur liturgique : vert

Évangile selon saint Luc 19, 41-44

En ce temps-là, lorsque Jésus fut près de Jérusalem, voyant la ville, il pleura sur elle, en disant : « Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui donne la paix !
Mais maintenant cela est resté caché à tes yeux. Oui, viendront pour toi des jours où tes ennemis construiront des ouvrages de siège contre toi, t’encercleront et te presseront de tous côtés ; ils t’anéantiront, toi et tes enfants qui sont chez toi, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le moment où Dieu te visitait. »

Prière

Jésus, je t’ouvre mon cœur, viens, ne reste pas dehors seul. J’ai besoin de toi. Libère-moi de mon péché qui m’empêche d’aimer comme toi.

Demande

Jésus, que je puisse pleurer avec repentir et confiance mes manques d’amour, mes péchés et que naisse en mon cœur l’amour qui habite ton Cœur, cet amour prêt à tout donner.

Réflexion
  1. Jérusalem n’a pas reconnu le temps durant lequel elle a été visitée par Dieu, par les patriarches et par les prophètes, jusqu’à la visite de notre Seigneur. Le monde d’aujourd’hui se porte si mal : Covid, guerres, trafics d’armes, avortement, société sans père, euthanasie, etc. et la liste est encore bien longue.
    Jérusalem, c’est l’âme que Dieu a créée, que Dieu a aimée, de qui elle tire l’amour de son Dieu. Elle dit à Dieu : « Je ne veux pas être aimée de vous. Si je laissais faire votre amour, vous me donneriez la grâce, la justice, la paix, la joie et le ciel. Mais vous m’ôteriez mes péchés. Or, ils me plaisent, je les veux. Avec eux, je ne veux pas de vous, car je ne pourrais pas les avoir avec vous. Je ne veux pas pleurer mes péchés : ils sont ma joie. » Quel drame : « Jésus pleure ; le Créateur, le Juge, pleure sur le péché et l’infidélité de sa créature ! Purifions donc le temple de notre âme. », disait Dom Parsch. Et Jésus pleure sur l’âme ainsi aveuglée. Il lui dit comme à Jérusalem : « Si tu savais ! » Jésus attend que nous nous convertissions, il attend que notre famille, notre groupe d’amis, notre nation se convertissent. Pour cela, il faut le laisser entrer, dans notre Jérusalem, accueillir sa Parole et la laisser prendre vie en nous.
     
  2. Nous pouvons tous tomber dans le péché de Jérusalem mais, chaque jour, Jésus vient nous visiter, il vient par une pensée, par la nature qui nous amène à lui, à la messe lorsque nous le recevons, il vient et frappe à notre porte.
    Est-ce que je le laisse entrer ? Suis-je une personne de prière ?
    Jésus est à la fois Dieu et homme et l’homme pleure. Il voit avec son Cœur empli d’amour notre âme endurcie, le monde égoïste et souffrant et là il pleure. Jésus pleure avec son Cœur. Laissons-nous toucher par les larmes de Jésus, elles sont comme celles d’une mère qui a perdu son enfant et ne le retrouve plus. Jésus ne veut pas nous perdre, nous perdre dans le péché, la mort… Laissons-nous aimer afin de pouvoir aimer le monde. Oui le monde a soif d’amour ! Ne nous habituons pas aux larmes, tant de personnes pleurent, il nous arrive aussi de pleurer la mort d’un être cher, de pleurer à cause d’une situation difficile que nous vivons (la maladie, la perte d’un emploi avec toute une famille à nourrir, etc.). Jésus n’est pas indifférent, il pleure avec nous. Mère Teresa, qui est un si bel exemple de miséricorde, est allée essuyer les larmes de Jésus auprès des pauvres, des affamés. M’arrive-t-il de penser aux pauvres, de partager mon repas, de faire un petit sacrifice ?
Dialogue avec le Christ

Pleure, Jésus ; pleure, Seigneur Jésus : tes larmes ne seront pas toutes perdues ; je te donne mon âme pour en recevoir les fruits ; par tes larmes, Seigneur, sauve mon âme et celle de ceux qui te cherchent de tout leur cœur. Mère Teresa, petite Thérèse et tous les saints, aidez-moi à aimer comme vous l’avez fait.

Résolution

Lire ou écouter dans un moment de silence, de prière le poème de la petite Thérèse « Vivre d’amour » et en partager quelques mots avec une personne avec qui je passe ma journée.

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés